Terreur et impunité : Un système organisé

09/03/2002
Rapport
en fr

Le conflit en Tchétchénie se déroule depuis maintenant deux ans et demi, la perpétration de
violations massives des droits de l’Homme par les forces russes - attestée et condamnée depuis le
début du conflit par les ONG comme par les instances internationales (ONU, Conseil de l’Europe,
Union européenne)- se poursuit à huis clos. Les crimes commis restent impunis.

Si les autorités russes continuent de justifier cette guerre au motif de la lutte légitime contre le
terrorisme, les méthodes utilisées relèvent d’une toute autre réalité. En Tchétchénie, la population
civile reste la première victime d’un conflit auquel les autorités russes ne veulent pas mettre un
terme en dépit de leur obligation et engagement.
Alors que vient de s’ouvrir la 58eme session de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU, la
FIDH lance un nouveau cri d’alarme à la communauté internationale.

Sur la base des précédents rapports conjoints FIDH/Memorial1 qui qualifiaient les faits dénoncés
de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, la FIDH a choisi d’analyser les ressorts du
système mis en place par les forces russes permettant la perpétration de violations systématiques
des droits de l’Homme et assurant l’impunité des auteurs de ces crimes. Les violations ne sont pas
réductibles à des actes isolés et ne peuvent être uniquement imputées à des soldats non
contrôlés.

Dans cette perspective, la FIDH a mandaté une mission internationale d’enquête en Ingouchie et à
Moscou en février 2002 afin de recueillir des témoignages sur le déroulement des opérations de
nettoyage et sur les pillages et rackets systématiques. La mission était composée de Anne le
Huerou (France), universitaire, de Bleuenn Isambard (France), universitaire et de William Schabas
(Canada), professeur de droit international. Les chargés de mission tiennent à remercier tout
particulièrement pour leur acceuil et leur assistance les représentants du Centre des droits de
l’Homme Mémorial et les membres de la représentation de Mémorial à Nazran.

Cette mission s’inscrit dans le cadre, et en appui, des activités de recherches et d’enquêtes
menées par Memorial tant à Moscou, qu’en Ingouchie et en Tchétchénie depuis le début du conflit.
Ce rapport s’appuie d’ailleurs sur les témoignages recueillis en Tchétchénie et en Ingouchie par
Memorial et publiés ces six derniers mois.

Lire la suite
rapport