Russie : Fin du harcèlement judiciaire pour trois défenseurs des droits de l’homme

Fin du harcèlement judiciaire pour Stanislav Dmitrievsky, Président de l’organisation de droits de l’homme Société pour l’Amitié Franco-Tchétchène (Russian-Chechen Friendship Society (RCFS)), Ousam Baysaev, employé du Centre du Mémorial pour les Droits de l’Homme (Memorial Human Rights Center), et Oksana Chelysheva, membre du conseil du Forum des Citoyens Finno-Russes (Finnish-Russian Citizens’ Forum). Ils avaient écrit un livre de 1200 pages intitulé : « Le tribunal international pour la Tchétchénie. Perspectives judiciaires d’apporter la responsabilité pénale a ceux ayant perpétré des crimes contre l’humanité durant le conflit armé en Tchétchénie. » (“International Tribunal for Chechnya. Legal Perspectives of bringing the responsible to individual criminal accountability for the crimes against humanity perpetrated in the course of the armed conflict in Chechnya”), qui a été publié en 2009.

La FIDH, par l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, programme conjoint de la FIDH et l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), avait suivi la situation de près et avait publié plusieurs appels urgents pour que cesse ce harcèlement judiciaire. Le 2 juillet 2013, la Juge Olga Khaydukova du tribunal municipal de Dzerzhinsk de la région de Nizhny Novgorod a rejeté la demande intentée par le bureau du procureur de la région de Nizhny Novgorod visant à interdire le livre mentionné ci-dessus, elle refusait en effet de reconnaitre que l’étude juridique était extrémiste. La Juge a appuyé sa décision sur les conclusions d’une nouvelle évaluation d’expert effectuée par deux spécialistes du “Laboratoire de la Linguistique appliquée” de Moscou. Cette évaluation a conclu que le livre qu’ils ont analysé “était un exemple d’un travail scientifique plus anti-extrémiste qu’extrémiste”.

Contexte : http://www.fidh.org/russian-federation-end-of-the-judicial-harassment-faced-by-mr-stanislav-13625

Lire la suite
impact