Détention arbitraire et agression de M. Gela Mtivlishvili, journaliste et défenseur des droits de l’Homme

12/06/2012
Communiqué
en fr ru

Paris-Tbilisi, 12 juin 2012

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre, le Centre d’information et de documentation sur les droits de l’Homme en Géorgie (Human Rights Information and Documentation Centre - HRIDC) expriment leur inquiétude pour M. Gela Mtivlishvili, journaliste et défenseur des droits de l’Homme, détenu arbitrairement et agressé physiquement par des agents de police à Tianeti.

Le 20 mai 2012, M. Mtivlishvili qui, outre ses activités dans la presse, assure la coordination du HRIDC à Kakheti, a été battu par trois policiers après près d’une heure de détention arbitraire au poste de police du district de Tianeti.

Alors que le journaliste prenait en photo le bâtiment du commissariat pour l’un de ses reportages, un policier en civil s’est approché et lui a demandé ses papiers. Ce policier et deux autres agents ont brusquement saisi M. Mtivlishvili et l’ont traîné au poste.

Au cours de sa détention arbitraire, il a reçu des coups à la tête et à l’estomac. Il n’a pas été autorisé à appeler son avocat. Finalement, expulsé des locaux de la police, M. Mtivlishvili a pu se rendre en ambulance à l’hôpital pour s’y faire soigner.

Durant son arrestation, les photos qu’il avait prises du commissariat ont été effacées de son appareil, alors qu’il avait légalement le droit d’enregistrer et de conserver ces clichés.

À la suite d’une déclaration spéciale du Médiateur géorgien faite le 21 mai, le procureur de la République a ouvert une enquête sur l’affaire, le 31 mai 2012.
Cette enquête devra s’intéresser aux arguments du ministre des Affaires intérieures présentés publiquement, le 20 mai, pour démentir le récit de M. Gela sur les coups dont il a été victime et justifier le refus de présenter les responsables devant la justice.

La FIDH et le HRIDC sont particulièrement inquiets à propos de cette affaire. Nos deux organisations condamnent l’arrestation arbitraire et l’agression physique de M. Gela Mtivlishvili et demandent aux autorités géorgiennes de prendre sans délai des mesures visant à :

- garantir l’intégrité physique et psychologique de M. Gela Mtivshvili et de tous les défenseurs des droits de l’Homme ;
- diligenter une enquête judiciaire rapide, efficace et impartiale sur les événements évoqués précédemment ; les résultats devront être rendus publics afin que les auteurs des actes incriminés soient traduits devant un tribunal compétent, indépendant et impartial ;
- mettre un terme à toutes formes de harcèlement, également judiciaire, à l’encontre des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme du pays, conformément à la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’Homme et aux instruments internationaux et régionaux des droits de l’Homme ratifiés par la Géorgie.

Lire la suite