Ales, en prison depuis deux ans : mobilisez-vous !

23/07/2013
Communiqué
en fr ru

Le 4 août 2013 marquera un triste anniversaire. Ales Bialiatski aura passé deux ans en prison, deux ans derrière les barreaux pour avoir défendu les droits humains dans son pays, le Bélarus. Ales ne perd pas espoir. Et malgré le travail forcé quotidien, il écrit beaucoup. Ses collègues ont publié ses écrits sur la littérature carcérale au Bélarus. Et il travaille actuellement à un second livre, sur le mouvement des droits de l’Homme dans son pays.
Le 4 août, nous serons aux côtés d’Ales. Le gouvernement bélarusse doit le savoir !

Pour cela, nous avons crée un Thunderclap. Cet outil permettra à votre organisation et aux autres participants d’envoyer simultanément le 4 août, via vos comptes Facebook et Twitter, le message suivant : #Belarus : Today Ales Bialiatski has been in jail for 2 yrs for defending #humanrights #FreeAles
Le message sera publié en anglais. Il est dit : #Belarus : Aujourd’hui, Ales Bialiatski est emprisonné depuis 2 ans pour avoir défendu les droits humains #FreeAles.
[rouge]Vous n’avez pas besoin d’attendre le 4 août pour participer à cette campagne[/rouge]. Et vous pouvez dès à présent cliquer sur le lien suivant : https://www.thunderclap.it/projects/3175-support-ales-2-years-in-jail, puis :

  • choisir de soutenir la campagne soit avec votre compte Facebook soit avec votre compte Twitter
  • cliquer sur "I Support" puis vous connecter sur Facebook ou twitter (Thunderclap vous proposera de le faire), ou les 2.

Le message sera alors automatiquement publié le 4 août sur vos comptes Facebook et/ou Twitter [rouge]sans que vous n’ayez besoin de vous connecter[/rouge].
Faisons entendre notre voix !
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter directement notre service communication : +33 1 43 55 14 12 - communication@fidh.org. Vous trouverez sur le site http://freeales.fidh.net les dernières informations sur la détention d’Ales et plus généralement sur la répression de la société civile au Bélarus.

Lire la suite
communique