en es fr ru

Belarus
UNE DICTATURE AUX PORTES DE L’UNION EUROPÉENNE

NE FERMONS PAS LES YEUX
SUR LA DICTATURE AU BELARUS.

Le Belarus ? Ce pays aux portes de l’Union européenne, où 9,5 millions de personnes vivent encore sous un régime dictatorial. Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler, mais il n’est pas trop tard !

Le Belarus est dirigé d’une main de fer depuis plus de 21 ans, par un seul homme : Alexandre Loukachenko.

En dépit de certains développements positifs depuis août 2015 (élections sans répression visible et libération des derniers prisonniers politiques), les violations systématiques des droits humains y sont toujours légion. Les défenseurs des droits humains et les journalistes sont sous contrôle et souvent harcelés. Il est impossible d’y créer une association independante. Aucun candidat d’opposition n’a siégé au parlement depuis des décennies. Obtenir une autorisation de manifester relève presque de l’impossible. La peine de mort continue d’y être appliquée. Au printemps 2016, une nouvelle personne a été exécutée contre l’avis explicite de l’ONU. Cette situation est symptomatique du refus des autorités de coopérer avec l’ONU et de leur manque de volonté de respecter les droits humains.

Que fait la communauté internationale face à cette situation ? Elle ferme les yeux de plus en plus !

Le Belarus a su profiter d’un contexte international favorable pour redorer son image, en se posant notamment comme médiateur entre la Russie et l’Ukraine.

En février dernier, l’Union européenne a levé les sanctions contre les responsables des violations des droits humains au Belarus. Aujourd’hui, l’ONU est sur le point de supprimer le dernier mécanisme d’observation internationale de la situation des droits humains dans le pays. En effet, le 30 juin prochain, le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies va voter le maintien ou non d’un Rapporteur spécial sur la situation des droits humains au Belarus. Le maintien de ce Rapporteur spécial est crucial pour l’avenir des citoyens de ce pays.

Pour que le Belarus ne reste pas une dictature oubliée, nous avons besoin de vous :

1/ Partagez les témoignages des défenseurs des droits humains belarusses qui agissent courageusement pour dénoncer les violations dans ce pays.

2 / Demandez aux décideurs politiques de ne pas relâcher leur attention et de tout faire pour améliorer la situation des droits humains au Belarus.

Témoignages de défenseurs
des droits humains belarusses.

DROITS HUMAINS

Miklós Haraszti - Rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme au Bélarus

PRISONNIERS POLITIQUES

Ales Bialiatski – Président du Centre des droits de l'Homme Viasna / Vice-président de la FIDH

TRAVAIL FORCÉ

Valiantsin Stefanovic – Vice-président du Centre des droits de l'homme Viasna

FAIBLE TRANSPARENCE DÉMOCRATIQUE

Aleh Hulak – Président du Comité Helsinki du Bélarus

LIBERTÉ D'EXPRESSION

Andrei Bastunets – Président de l’Association des journalistes du Bélarus

LIBERTÉ D'ASSOCIATION

Alena Tankachova – Présidente du Conseil d’administration du Centre de Transformation juridique

LIBERTÉ ACADÉMIQUE

Inna Kulei – Présidente du Comité pour la protection de « Solidarnost »

DROITS LGBTI

Natalya Mankouskaya – Coordinatrice du programme du Centre des droits humains bélarusse « Identity »

PEINE DE MORT

Valiantsin Stefanovic – Membre du Centre des droits de l'Homme Viasna

DISPARITIONS FORCÉES

Raisa Mikhailouskaya – Directrice du Centre de documentation bélarusse

Nous avons besoins de vous !

Voici 10 comptes Twitter de missions diplomatiques auprès des Nations unies. Ces États hésitent encore à soutenir le renouvellement du mandat du Rapporteur spécial sur le Bélarus.
Demandez-leur de ne pas relâcher leur attention et de tout faire pour améliorer la situation des droits humains au Bélarus.

Pour rester informé(e) et agir :