Mylène Farmer a signé une pétition contre la peine de mort au Bélarus

24/10/2013
Communiqué
en fr ru

Le 24 octobre, une semaine avant sa venue à Minsk, où Mylène Farmer présentera au public son nouveau show intitulé « Timeless », elle a signé la pétition de la campagne « Les défenseurs des droits humains contre la peine de mort au Bélarus ».

La célèbre chanteuse française n’est pas restée indifférente à l’appel que lui ont adressé la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme) et du Centre de défense des droits humains Viasna. Dans ce courrier, les défenseurs des droits humains l’ont informée du problème de la peine de mort au Bélarus, qui est le dernier pays de l’espace européen où la peine capitale est encore appliquée.

« Aussi ne connaitrait il pas de but plus élevé, plus saint, plus auguste, que celui-là : concourir à l’abolition de la peine de mort », a cité Mylène Farmer les paroles de célébre écrivain français Victor Hugo ( extrait de la préface de « Le dernier jour d’un condamné »).

La pétition des défenseurs des droits humains appelle les autorités bélarusses à abolir la peine de mort dans le pays : « Aujourd’hui, à l’heure où tous les pays d’Europe et de l’espace post-soviétique ont renoncé à la peine de mort, il est temps que le Bélarus rejoigne cet espace civilisé et humaniste, cet espace où l’État ne tue pas. »

Les activistes de la campagne « Les défenseurs des droits humains contre la peine de mort au Bélarus », mise en œuvre dans le pays depuis 2009, proposent à des personnalités à la notoriété mondiale de signer cette pétition pour souligner l’importance de cette question et attirerl’attention des opinions publiques de la planète entière sur la peine de mort, qui doit être perçue comme un problème dont les enjeux dépassent les frontières nationales. En 2010, cette pétition a été signée par le célèbre musicien britannique Sting, qui a également enregistré un message vidéo intitulé « Il est temps de changer cela ». En 2012, la gagnante de l’Eurovision-2012, chanteuse suédoise Loreen a à son tour apposé sa signature au bas de ce texte.

Lire la suite
communique