Jeux Européens de Baku : n’oubliez pas la répression en Azerbaïdjan.

15/05/2015
Lettre ouverte
en es fr

Lettre de la coalition Sport For Rights, dont la FIDH est membre, aux représentants des comités olympiques nationaux européens.

Chers représentants des comités olympiques nationaux européens,

Au nom de la coalition Sport For Rights, nous vous écrivons pour porter à votre attention la répression sans précédent ayant lieu en ce moment en Azerbaïdjan, et qui va en s’intensifiant. Répression qui a déjà donné lieu à des douzaines d’arrestations politiques ; y compris de journalistes, de défenseurs des droits humains et de militants politiques renommés. À l’approche des Jeux Européens, qui auront lieu à Baku du 12 au 28 juin, nous vous demandons de soutenir publiquement le peuple azéri et ses libertés fondamentales, libertés d’expression et d’association incluses.
L’été dernier, un groupe azéri de militants des droits humains a lancé la campagne Sport For Rights. Son objectif est simple : attirer l’attention sur la situation des droits humains en Azerbaïdjan dans le contexte des Jeux Européens. Des centaines de témoignages fiables de médias, ONG et gouvernements l’ont prouvé : la réponse du gouvernement azéri à l’idée même de cette initiative pacifique et légitime a été une répression d’une ampleur jamais vue auparavant.

Depuis août 2014, les autorités azéries ont mené une répression massive contre ceux qui critiquent le gouvernement. Arrestations, condamnations pénales sur la base de fausses accusations, peines de prison pour des activistes clés, fermeture de dizaines d’organisations et médias de la société civile : les autorités continuent d’étouffer la contestation et de réprimer leurs détracteurs.

Voici quelques exemples de cette brutale vague de répression :

Le 16 avril, un tribunal de Baku a condamné le défenseur des droits humains renommé Rasul Jafarov, fondateur de la campagne Sport for Rights, à une peine de prison de six ans et demi sur des chefs d’accusation montés de toutes pièces.
Quelques jours plus tard, le même tribunal a condamné Intigam Aliyev, célèbre avocat défenseur des droits humains qui a porté des centaines d’affaires devant la Cour européenne des droits de l’homme, à sept ans et demi derrière les barreaux – là encore sous des chefs d’accusation fallacieux. Tous deux sont détenus depuis le début du mois d’août 2014.

Emin Huseynov, défenseur de la liberté d’expression renommé, a du se réfugier à l’ambassade de Suisse à Baku depuis août 2014 pour ne pas être arrêté sous les mêmes chefs d’accusation.

Leyla Yunus, défenseure des droits de l’homme renommée, a été victime d’accusations toutes aussi mensongères de haute trahison et d’autres crimes et arrêtée le 30 juillet 2014. Son mari, le professeur d’histoire Arif Yunus, a été arrêté le 5 août 2014 pour des motifs similaires.

Khadija Ismayilova, journaliste récompensée pour avoir révélé la corruption et les activités commerciales illégales de l’élite au pouvoir, est en détention provisoire depuis décembre 2014 sous des chefs d’accusation, une fois de plus, mensongers. Si elle est jugée coupable, elle pourrait être condamnée à 12 ans de prison. Ces personnes et des douzaines d’autres prisonniers politiques ont été ciblés pour avoir critiqué le bilan en matière de droits humains de l’Azerbaïdjan à l’échelle internationale.

C’est à vous, qui représentez les Comités Olympiques Nationaux européens, que nous faisons part de nos inquiétudes, car vous avez le pouvoir d’améliorer cette situation : malgré la répression qui a lieu sur son territoire, le gouvernement azéri se préoccupe grandement de sa réputation internationale. Les ressources considérables qu’il emploie pour promouvoir une image positive à l’étranger le prouvent. En cette période cruciale de préparation des Jeux Européens, nous pensons qu’une condamnation publique de cette répression par des organes tels que le vôtre pourraient contribuer à la mise en place de changements démocratiques tangibles essentiels.

Dans une avancée très positive, le 30 avril, le président du Comité Olympique Suédois, Stefan Lindeberg s’est prononcé sur sur la situation des droits humains et la répression en cours en Azerbaïdjan dans son interview par le quotidien Aftonbladet : «  Il est difficile de séparer sport et gouvernance mais pour nous, les sports sont au cœur de tout. Nous ne soutenons pas l’Azerbaïdjan. Le régime n’est pas à la hauteur. Mais nous soutenons l’idéal sportif qui consiste à garder les portes ouvertes plutôt que de les fermer » Il a aussi exprimé son inquiétude concernant des signalements de restrictions de la liberté de la presse dans le pays.

Nous vous encourageons à suivre l’exemple du Comité Olympique Suédois et, dans l’esprit des principes de la Charte Olympique sur la liberté de la presse et la dignité humaine, à condamner fermement cette répression et à demander la libération des prisonniers politiques azéris. En faisant une déclaration de la sorte, vous enverriez un message à la société civile azérie, en faisant comprendre aux défenseurs qu’ils ne sont pas seuls dans leur lutte pour les libertés fondamentales. Ce moment d’attention internationale enverrait un signal fort aux douzaines d’activistes et de défenseurs des droits humains qui languissent actuellement derrière les barreaux, qui sont contraints à se cacher ou à vivre en exil parce qu’ils luttent pour la justice et la liberté.

Nous vous encourageons à ne pas laisser passer cette occasion d’exprimer votre soutien pour les droits et libertés fondamentaux en Azerbaïdjan et aussi de demander des avancées concrètes dans les semaines qui restent avant le début des Jeux.

Nous vous remerciions de l’attention que vous porterez à ces questions.
Très sincèrement,

Thomas Hughes, Directeur Exécutif, ARTICLE 19
Olexandra Matviichyk, Président du Conseil, Center for Civil Liberties
Nina Ognianova, Coordinatrice de projet, Europe et Asie Centrale, Committee to Protect Journalists
Maran Turner, Directeur Exécutif, Freedom Now
Dauta Przywara, Président du Conseil, Helsinki Foundation for Human Rights
Kaja Haldorsen, Directeur des Communications, Human Rights House Foundation (HRHF)
Hugh Williamson, Directeur, Europe et Asie Centrale, Human Rights Watch
Jodie Ginsberg, Directeur Général, Index on Censorship
Karim Lahidji, Président, Fédération Internationale des Droits de l’Homme(FIDH), dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme.
Jesper Højberg, Directeur Executif, International Media Support
Simon Papuashvili, Coordinateur de Projets, International Partnership for Human Rights (IPHR)
Petra Havlikova, Coordinateur du projet Women’s Rights Are Human Rights, NESEHNUTI
Harry Hummel, Dirécteur Exécutif, Netherlands Helsinki Committee
Bjørn Engesland, Secrétaire Général, Norwegian Helsinki Committee
Emma Hughes, Directrice de Stratégie, Platform
Gerald Staberock, Secrétaire Général, Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), dans le cadre de l’Observatoire Pour la Protection des Défenseurs de Droits de l’Homme.

Lire la suite
lettreouverte