Sri Lanka : libération de Ruki Fernando et du révérend Praveen Mahesan

Après trois jours de détention sans assistance juridique, ces deux défenseurs des droits de l’homme ont été libérés le 19 mars 2014 sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre eux.
La FIDH et d’autres organisations ont soulevé la question de leur détention lors de la 25e édition du Conseil des droits de l’homme de l’ONU (CDH) à Genève. Le représentant sri lankais a immédiatement fait une déclaration, accusant les deux défenseurs des droits de l’homme d’entretenir des « relations terroristes » avec les Tigres tamouls (LTTE).
Les défenseurs des droits de l’homme au Sri Lanka sont régulièrement la cible de harcèlement, de diffamation par les journaux publics ou de fausses accusations d’entretenir des relations avec des groupes terroristes. Cet acharnement est d’autant plus virulent après leur participation à des Conseils des droits de l’homme de l’ONU, ou en réponse à des mesures prises par le conseil.
Balendran Jeyakumari, qui milite contre les disparitions forcées, se trouve aujourd’hui toujours en détention, ce qui préoccupe vivement la FIDH.
Pour lire cet article (en anglais), cliquez ici.

Lire la suite
impact