La FIDH et la HRCP se félicitent du maintien du moratoire sur la peine de mort

04/10/2013
Impact
en es fr

La déclaration officielle d’aujourd’hui a été faite quelques jours après l’envoi d’une lettre conjointement adressée au gouvernement du Pakistan par la FIDH et la HRCP, afin de demander instamment à ce gouvernement de maintenir son moratoire sur la peine de mort, première étape sur la voie de l’abolition.

La Commission pakistanaise des droits de l’homme (HRCP) se félicite de l’annonce par le gouvernement fédéral du maintien du moratoire sur la peine de mort et demande un examen approfondi du dossier des condamnations à la peine de mort à l’échelle nationale.

Dans une déclaration datant de vendredi, la Commission a dit : “La HRCP se félicite de l’annonce faite par le gouvernement qu’il continuerait à appliquer le moratoire sur la peine de mort. Cette annonce constitue un répit pour des milliers de détenus emprisonnés dans les couloirs de la mort, en particulier ceux dont l’exécution est imminente, et leurs familles.

Il est encourageant de relever que le gouvernement n’a pas cédé à la pression et qu’il a non seulement agi dans l’intérêt national mais s’est comporté de manière exemplaire en appliquant les normes de justice. La HRCP se félicite tout particulièrement de ce que le gouvernement se soit nommément référé, comme base de sa décision, aux engagements internationaux pris par le pays qui ne peuvent en aucune façon exclure les droits de l’homme.

Bien qu’il s’agisse là d’une première avancée sur la bonne voie, la présente décision n’aura de signification qu’avec la conduite d’une étude approfondie et complète sur la situation de la peine de mort au Pakistan. Ceci étant, le plus tôt sera le mieux.

Il importe maintenant que le Pakistan aille au-delà du moratoire officieusement mis en place à titre d’essai dans le pays pendant les dernières années. Le nombre de délits entraînant la peine de mort reste en effet encore anormalement élevé dans les textes législatifs, en dépit des recherches menées dans plusieurs pays qui battent en brèche le mythe selon lequel la peine de mort aurait un effet dissuasif sur la criminalité. Les tribunaux continuent à prononcer des peines de mort et à ajouter ainsi de nouveaux détenus aux quelque 8,000 prisonniers déjà entassés dans les couloirs de la mort de prisons surpeuplées. Rien n’a été fait pour apaiser les craintes des citoyens concernant d’éventuelles erreurs judiciaires aux différents stades de l’instruction et du jugement.

La HRCP demande au gouvernement de faire diligence pour traiter aussi toutes les préoccupations ainsi exprimées.

Lire la suite
impact