APPEL A LA LIBERATION DE SIX DIRIGEANTS DU MOUVEMENT REFORMATEUR

30/05/2003
Communiqué
en fr

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) appelle les autorités malaisiennes à procéder à la libération de six dirigeants du mouvement réformateur, la période de leur détention arrivant à son terme le 1e juin 2003.

Il s’agit de : Tian Chua, vice-président du parti Keadilan (Parti national de Justice), dirigeant syndical et étudiant, Saari Sungib, haut responsable du parti Keadilan, Mohamed Ezam Mohd Noor, chef de la section jeunesse du parti Keadilan, Hishamuddin Rais, réalisateur, Lokman Adam, membre de la section jeunesse du parti Keadilan, et Dr. Badrulamin Bahron, membre du Comité central du parti Keadilan.

Tous les six ont été arrêtés en avril 2001 à la veille de la commémoration du premier anniversaire de la détention de l’ancien premier ministre Anwar Ibrahim, et sont détenus en vertu de l’Internal Security Act (1960). Cette loi, qui s’inscrit en violation flagrante des principaux instruments internationaux de droits de l’Homme, permet une détention illimitée et sans jugement, pour atteinte à la sécurité nationale.

Malgré le fait que la Cour fédérale avait, en septembre 2002, considéré que la première période de leur détention était illégale et relevait de « mauvaise foi », malgré une demande de libération effectuée par la Commission nationale des droits de l’Homme et une recommandation émanant du Bureau Consultatif de l’ISA en faveur de leur libération, les six opposants restent arbitrairement détenus au camp de détention de Kamunting. Ils n’ont pas d’accès à un avocat et sont l’objet d’actes d’intimidation récurrents.

Le délai de leur détention expire le 1er juin 2003. Selon les dispositions de l’ISA, le ministre de l’Intérieur est toutefois en mesure de décider de la libération des prisonniers ou de la reconduction de leur condamnation pour une période de deux ans.

La FIDH estime que la détention continue de ces personnes ne relève aucunement de la protection de la « sécurité nationale », mais vise uniquement à neutraliser des opposants politiques légitimes.

La FIDH demande instamment aux autorités malaisiennes, de procéder à la libération de ces six opposants, arbitrairement détenus, et, plus généralement de se conformer aux instruments internationaux de défense des droits de l’Homme.

Aussi, la FIDH demande aux représentants de la communauté internationale d’exercer les pressions politiques et diplomatiques nécessaires en ce sens, auprès du Dr Mahathir Bin Mohamad, premier ministre malaisien, invité au titre de président du mouvement des non-alignés pendant la réunion du G8 à Evian.

Lire la suite
communique