Au moins sept personnes arrêtées en lien avec une manifestation pro-démocratique planifiée

15/11/2019
Communiqué
en fr lo

(Paris) Les autorités lao doivent libérer immédiatement les sept personnes arrêtées arbitrairement pour avoir tenté de participer à une manifestation pacifique pro-démocratie, ont exhorté aujourd’hui la FIDH et son organisation membre, le Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (MLDH).

Selon les informations reçues par la FIDH et le MLDH, plusieurs douzaines de participants étaient attendues pour participer à la manifestation du 11 Novembre 2019 à Vientiane. Cependant, le rassemblement organisé par le ‘’ Lao Hom Xat ‘’ (Lao National Unity), un groupe clandestin au Laos, a dû être annulé en raison des difficultés rencontrées par de nombreux participants venant des différentes provinces pour se rendre à Vientiane.

“Au Laos, la population est maintenant détenue simplement pour tenter de réclamer la démocratie. Le fait que le gouvernement lao mette des gens qui n’ont rien fait de mal derrière les barreaux montre a quel point le gouvernement répressif lao souhaite maintenir son emprise sur le pays et faire taire toute forme de critique.”

Adilur Rahman Khan, Secrétaire General de la FIDH

Le 12 novembre 2019 à environ 13h, les authorités ont arrêtés six hommes (Sounthone Fasongsay, Khamkone Phanthavong, Boungnone Phanthavong, Chiengsone Phanthavong, Kiettisack Hakmisouk, et Santinoi Thepkaysone) et une femme (l’épouse de Santinoi Thepkaysone - dont le nom n’est pas connu) dans le district de Saysettha à Vientiane.

La FIDH et le MLDH craignent que davantage de personnes aient été arrêtées pour avoir tenté de participer à cette manifestation. Phouvong Sayaseng, un homme qui a voyagé de Bolikhamsai à Vientiane pour prendre part a la manifestation, a été aperçu pour la dernière fois par sa femme dans un hôtel situé dans le district de Saysettha à Vientiane la nuit de 11 Novembre 2019. Il n’a pas été revu depuis.

“La répression actuelle présente des similarités frappantes avec les arrestations et les disparitions forcées de neuf personnes qui avaient préevues de rejoindre des manifestations en faveur de la démocratie à Vientiane en Novembre 2009. La répression qu’exerce le gouvernement lao sur toutes les formes de dissidence est aussi brutale qu’il y a 10 ans.”

Vanida Thepsouvanh, Présidente du MLDH

En Novembre 2009, 2 femmes, Kingkeo et Somchit, et sept hommes, Soubinh, Souane, Sinpasong, Khamsone, Nou, Somkhit, et Sourigna, avaient été arrêtés pour avoir prévue de participer à des manifestations en faveur de la démocratie à Vientiane. Le sort de ces personnes demeure inconnu à ce jour.

Ces détentions arbitraires et les disparitions forcées s’inscrivent dans une tendance généralisée. Ces dernières années, plusieurs autres citoyens lao ont été arrêtés pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’opinion et d’expression et leur droit à la liberté de réunion pacifique.

Houayheuang Xayabouly alias Mouay, une commerçante du village de Ban Salao, dans le district de Phonetong, province de Champasak, est détenue dans la prison provinciale de Champasak en vertu de l’Article 117 du Code Penal (“Propagande contre la République Populaire Démocratique Lao”) depuis le 12 Septembre 2019. Mouay a posté des messages sur Facebook sur les inondations qui ont touchée les provinces du sud du pays à la fin du mois d’aout et septembre 2019.

Le 22 mars 2017, trois opposants au gouvernement, Somphone Phimmasone, Soukan Chaithad, et Lodkham Thammavong ont été condamnés à respectivement 20, 16 et 12 ans de prison en vertu des articles 56 (“Trahison à la Nation”, 65 (‘devenu depuis l’Article 117 - Propagande contre la République Populaire Démocratique Lao”) et 72 (“Réunions visant a cause le distordre social”) du Code Pénal. Ces trois personnes ont été arrêtées au début de l’année 2016 en raison de leurs critiques répétées a à l’encontre du gouvernement lao alors qu’ils travaillaient en Thaïlande. Le Groupe de Travail des Nations-Unies sur les Détentions Arbitraires a reconnu le caractère arbitraire de leur détention dans un avis adopté le 25 aout 2017.

Contact Presse
FIDH : Ms. Eva Canan (Anglais, Francais) - Tel : +33648059157 (Paris)
LMHR : Ms. Vanida Thephsouvanh (Anglais, Francais, Lao) - Tel : +33160065706 (Paris)
Lire la suite
communique