Laos - Elections du 30 avril 2011 : les perdants restent les citoyens lao toujours victimes du parti unique

13/05/2011
Communiqué

Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (MLDH)
Lao Movement for Human Rights
BP 123 - 77206 Torcy Cedex, France - Téléphone/Fax : 33 (0) 1 60 06 57 06
e-mail : mldh@mldh-lao.org - website : http://www.mldh-lao.org

Communiqué de presse

Paris, 10 mai 2011

La République Démocratique Populaire Lao (RDPL) a annoncé hier les résultats des élections législatives du 30 avril 2011, en soulignant le succès et ‘’l’ambiance joyeuse’’ de ces élections, proclamant ’’ des droits octroyés par la démocratie au peuple multiethnique du Laos, droit grâce auquel il est habilité à choisir librement ses représentants‘’, tandis que l’ensemble des médias internationaux ont qualifié ces élections de ‘’consultation de pure forme’’, ’’ d’une chambre d’enregistrement ’’ dans un pays où l’opposition n’est pas tolérée et les manifestations pacifiques en faveur des droits de l’homme à chaque fois sévèrement réprimées.

De ces élections, dont les votes obligatoires ont, selon la presse officielle, fait participer 99,6% de la population (3.23 millions sur 3.24 millions d’inscrits), les grands perdants demeurent la liberté, la démocratie et les citoyens lao. Un peuple sous contrôle du Parti Populaire Révolutionnaire Lao (PPRL), otage de ce parti unique, et qui ne peut ’’choisir’’ que sur une liste préétablie par le parti unique, les candidats dits ’’indépendants’’ devant également avoir obtenu l’aval du parti.

Selon un universitaire autralien expert du Laos ’’Tant que la RDPL continue à être un régime à parti unique, son assemblée nationale est seulement un tampon et continuera à l’être tant que le Laos est un état autoritaire à parti unique’’, ...’’tout est déterminé en amont par la hiérarchie du parti … ’’Ce qui est débattu sera encore déterminé par le parti’’.

Pour la répartition des sièges, sur 132 députés, 4 ne sont pas des représentants du PPRL. Le nombre de femmes députés n’a pas augmenté (25%). Parmi les 38,6% de députés issus des minorités ethniques (51 députés), 9% sont d’origine Khmu (12 députés) et seulement 5,3% d’origine Hmong (7 députés).

Face à ce simulacre dエélections aux votes obligatoires, dont le seul but était de permettre au régime totalitaire de vanter sa légitimité auprès des donateurs et de la communauté internationale, le Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (MLDH) demande solennellement aux autorités laotiennes de rendre le pouvoir au peuple afin qu’il puisse choisir librement ses dirigeants, selon un système multipartite.

Le MLDH réitère son appel pressant à la communauté internationale — à l’Union Européenne et ses membres, à l’ONU et aux Etats-Unis, notamment — en lui demandant de contraindre le gouvernement de la RDPL à se mettre en conformité avec les résolutions du Parlement Européen du 1er décembre 2005 et du 26 novembre 2009 qui demandaient aux autorités laotiennes de "concevoir et de mettre en oeuvre le plus rapidement possible toutes les réformes nécessaires pour démocratiser le pays, garantir l’expression pacifique de l’opposition politique et assurer la tenue rapide d’élections pluralistes sous contrôle international, en vue d’une réconciliation nationale".

Lire la suite
communique