Les autorités doivent mettre fin à la répression contre les manifestants

20/11/2019
Communiqué
en fa fr

(Paris, Londres) Les autorités iraniennes doivent immédiatement mettre fin à leur répression meurtrière contre les manifestants non armés qui sont descendus dans la rue dans de nombreuses villes pour exprimer leur opposition à la hausse du prix de l’essence, ont demandé aujourd’hui la FIDH et ses organisations membres iraniennes, la Ligue pour la défense des droits de l’Homme en Iran (LDDHI) et le Centre des défenseurs des droits de l’Homme (DHRC).

En vertu des traités internationaux sur les droits humains auxquels l’Iran est membre signataire, le gouvernement iranien a l’obligation d’enquêter sur les violations des droits humains, y compris l’utilisation de la force meurtrière par les forces de l’ordre et le personnel de sécurité en civil, et de tenir les auteurs de ces actes pour responsables, ont déclaré la FIDH, la LDDHI et le DHRC.

"Le chef suprême, l’ayatollah Khamenei, a ouvert la voie à la répression contre les manifestants en les traitant de "méchants". Le soutien de Khamenei pour l’augmentation du prix de l’essence, qui ne fera qu’augmenter le coût de la vie déjà insupportable pour la majorité de la population, montre à quel point il est déconnecté de la vie de ses citoyens ordinaires."

Shirin Ebadi, présidente du DHRC et prix Nobel de la paix

Dans la matinée du 15 novembre 2019, les autorités iraniennes ont annoncé un nouveau système de prix pour l’essence avec une augmentation du prix allant jusqu’à 250 %. La hausse des prix a été décidée par le Conseil suprême de coordination économique des trois pouvoirs de l’État, dont font partie les chefs des trois branches de l’État. Le chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Khamenei, qui a créé le nouveau Conseil suprême, inconstitutionnel, en juin 2018, approuve les décisions de cet organe.

Les manifestations de masse ont commencé dans les villes du sud dans l’après-midi du 15 novembre 2019, et se sont étendues à plus de 100 villes du pays. Le gouvernement, sous la direction du chef suprême, a réagi en empêchant le Parlement de discuter, et éventuellement d’inverser, les augmentations du prix de l’essence. Il a ordonné aux forces de sécurité de réduire au silence les manifestations et de couper complètement Internet.
Suite à ces décisions, les membres des forces de sécurité ont attaqué et brutalement battu les manifestants et ont tiré des balles réelles et lancé des bombes lacrymogènes pour disperser les participants. Des snipers ont également été utilisés pour tirer et tuer les manifestants qui essayaient de se défendre, entre autres, à Karaj (province d’Alborz), Saveh (province de Markazi), Marivan (province du Kurdistan), Ispahan (province d’Ispahan), Kermanshah (province de Kermanshah), Shiraz (province de Fars), Téhéran et Shahriyar (à l’est de Téhéran) entre le 16 et le 18 novembre. Des dizaines de manifestants ont été tués dans différentes villes et provinces du pays. À ce jour, les sources officielles n’ont pas fourni le nombre de manifestants tués, ni le nombre exact de manifestants détenus. La FIDH, la LDDHI et la DHRC craignent que plusieurs centaines de manifestants aient été tués, mais il n’est pas possible de vérifier le nombre exact, en raison du refus du gouvernement de rendre publiques les informations pertinentes. La seule information sur le nombre de détenus provient de l’agence de presse semi-officielle Fars News qui, le 18 novembre, citant un fonctionnaire non identifié, a rapporté que 1 000 manifestants avaient été arrêtés du 15 au 18 novembre.

"Les autorités doivent mettre fin immédiatement à la répression meurtrière des manifestations, libérer immédiatement et sans condition tous les manifestants détenus, ainsi qu’offrir réparations aux familles des victimes."

Karim Lahidji, président de la LDDHI et président d'honneur de la FIDH

Le 19 novembre, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies (HCDH) a appelé les autorités iraniennes à éviter le recours à la force pour disperser les rassemblements pacifiques et à respecter le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion et d’association pacifiques, notamment en rétablissant immédiatement l’accès des Iraniens à internet, ainsi qu’à d’autres formes de communication.

La FIDH, la LDDHI et la DHRC approuvent les recommandations du HCDH et appellent la communauté internationale, en particulier les Nations unies et l’Union européenne (UE), à exhorter les autorités iraniennes à coopérer avec les procédures spéciales des Nations unies afin de faciliter une enquête indépendante et impartiale sur la force meurtrière utilisée par les forces de sécurité, d’identifier les auteurs de ces actes et de les traduire en justice.

Lire la suite
communique