Iran : une mission internationale indépendante doit enquêter sur la mort de Mahsa Amini

Valentin Flauraud / AFP

24 novembre 2022. Lors de la 35e session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) a demandé la mise en place d’une mission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur la mort de Mahsa Amini et les graves violations des droits humains commises par les autorités iraniennes sur des manifestant⋅es. Le texte de la lettre ouverte est disponible ci-dessous.

24 novembre 2022

Lettre ouverte au Président du Conseil des droits de l’homme des Nations unies - 35e session spéciale sur la détérioration de la situation des droits humains en Iran.

M. le Président,

La FIDH condamne avec la plus grande fermeté la répression en cours des manifestations en Iran, déclenchée par la mort en détention de Mahsa Amini, une jeune femme kurde, le 16 septembre 2022.

Selon les données recueillies par notre organisation membre la Ligue de défense des droits de l’homme en Iran (LDDHI), les autorités iraniennes avaient tué au moins 481 personnes au 22 novembre 2022, dont un grand nombre de femmes et d’enfants, et détenu des milliers de civil⋅es dans le cadre de leur répression implacable des manifestations majoritairement pacifiques et d’autres actes de désobéissance civile. Au moins 28 manifestant⋅es ont été accusé⋅es de crimes passibles de la peine de mort.

Nous exhortons les autorités à mettre fin à leur violente répression contre les manifestant⋅es, à respecter les droits des femmes et à répondre aux demandes de la population pour la réalisation de tous leurs droits politiques, sociaux, économiques et culturels.

À l’instar d’autres manifestations de rue de grande ampleur qui ont eu lieu les années précédentes en Iran, les autorités n’ont pas eu à rendre compte de leur usage injustifié et disproportionné de la force, ni des décès, blessures et détentions arbitraires de manifestant⋅es. Les attaques et les détentions de journalistes, avocat⋅es, étudiant⋅es et militant⋅es de la société civile et des droits des femmes se sont également déroulées en toute impunité.

C’est pourquoi nous appelons le Conseil à mettre en place sans délai une mission d’enquête internationale indépendante sur la mort de Mahsa Amini et les graves violations des droits humains commises par les autorités en réponse aux manifestations en cours, afin que les responsables soient redevables de leurs actes.

Nous sommes solidaires avec tou⋅tes les Iranien⋅nes qui revendiquent courageusement leurs droits face à l’oppression.

Nous nous joignons à eux pour crier : FEMMES, VIE, LIBERTÉ !

Merci.

Lire la suite
statement