Note sur la situation des droits humains au Jammu-et-Cachemire

15/03/2019
Dossier
en fr

La FIDH et ses organisations partenaires Association of Parents of Disappeared Persons (APDP) et Jammu Kashmir Coalition of Civil Society (JKCCS) publient une note d’information (disponible en anglais) détaillant les principales questions relatives aux droits humains dans le Jammu-et-Cachemire sous administration indienne. Les violations des droits humains ont commencé à être officiellement signalées dans la région sous l’administration indienne en 1990, au milieu des opérations anti-insurrectionnelles menées par l’armée indienne pour contenir une insurrection armée contre la domination indienne. Ces opérations militaires ont été marquées par un usage excessif et disproportionné de la force. Depuis 1990, plus de 70 000 personnes ont été tuées, plus de 8 000 ont été victimes de disparitions forcées, plusieurs milliers ont été arrêtées et détenues en vertu de lois répressives, et les forces de sécurité indiennes ont régulièrement eu recours à la torture et à d’autres actes de traitement inhumain et dégradant contre les manifestants et les détenus.

Lire la suite
dossier