Un nouveau chapitre pour les droits de l’Homme doit s’ouvrir en Corée du Nord

19/12/2011
Communiqué
en fr

Communiqué de la Coalition internationale pour mettre un terme aux crimes contre l’humanité en Corée du Nord (The International Coalition to Stop Crimes Against Humanity in North Korea)

Le décès de Kim Jong-il le 17 décembre 2011 constitue une opportunité unique pour les nouveaux dirigeants de Corée du Nord, y compris Kim Jong-un, de mettre fin aux violations massives et systématiques qui ont depuis trop longtemps caractérisé le régime et brutalisé la population nord-coréenne. Le gouvernement nord-coréen doit cesser ces violations, mettre un terme à l’impunité et garantir l’accès à la justice pour un nombre indéterminé de victimes. Les dirigeants de Corée du Nord doivent, sans délai, mettre un terme à des pratiques telles que le travail forcé, l’avortement forcé de personnes rapatriées, la torture ou les exécutions ; fermer tous les kwan-li-so (camps de prisonniers politiques) ; et libérer les prisonniers politiques et les personnes enlevées.

La Corée du Nord demeure un pays fermé : il est urgent que les observateurs neutres et indépendants, et notamment le Rapporteur Spécial des Nations unies sur les droits de l’Homme en Corée du Nord et les organisations humanitaires internationales puissent accéder au pays”, a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH). La Coalition internationale pour mettre un terme aux crimes contre l’humanité en Corée du Nord (ICNK) poursuivra sa campagne pour l’établissement d’une commission d’enquête des Nations unies sur les crimes contre l’humanité perpétrés en Corée du Nord par le passé et jusqu’à ce jour.

La mort de Kim Jong-il ouvre une nouvelle voie et la communauté internationale doit saisir cette occasion pour aider le peuple nord-coréen à se libérer de décennies de répression brutale. Alors que les jours à venir seront sûrement marqués par l’incertitude et l’instabilité, la communauté internationale doit s’assurer que la grave crise humanitaire et la situation précaire des droits humains en Corée du Nord soient placées au cœur de ses préoccupations, et ne soient pas écartées au profit d’enjeux sécuritaires et politiques,” a déclaré Benedict Rogers, responsable Asie de l’Est pour l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW). “Des actions doivent être engagées pour mettre un terme aux crimes contre l’humanité commis par le régime et lutter contre la culture d’impunité qui prévaut dans le pays.”

La Coalition internationale pour mettre un terme aux crimes contre l’humanité en Corée du Nord (ICNK) regroupe des militants des droits de l’Homme de monde entier, y compris d’Asie, d’Amérique Latine, d’Amérique du Nord et d’Europe. Des survivants des camps de prisonniers politiques en Corée du Nord et les groupes qui les représentent, dont le Free NK Gulag, ont apporté leur soutien à cette initiative.

http://stopnkcrimes.org/

Lire la suite
communique