Les plus importantes organisations mondiales de défense des droits de l’homme s’unissent en faveur d’une enquête sur les crimes contre l’humanité en Corée du Nord

Séoul, Tokyo, le 8 septembre 2011 – Les trois plus importantes organisations mondiales de défense des droits humains, Amnesty International, Human Rights Watch et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), accompagnées de 40 autres organisations, ont lancé aujourd’hui une importante campagne internationale afin d’obtenir une commission d’enquête des Nations Unies sur les crimes contre l’humanité en Corée du Nord.

La coalition internationale pour arrêter les crimes contre l’humanité en Corée du Nord (ICNK), lancée aujourd’hui à Tokyo, regroupe des militants des droits humains d’Asie, d’Amérique latine, d’Amérique du Nord et d’Europe (voir la liste ci-dessous). Dans le cadre de ce mouvement mondial pour dénoncer les violations des droits humains en Corée du Nord, les organisations de défense des droits de l’Homme telles que Christian Solidarity Worldwide (CSW), Jubilee Campaign, People In Need, Freedom House et le Committee for Human Rights in North Korea ont été rejointes par d’autres organisations telles Kontras (Indonésie), Odhikar (Bangladesh), Conectas (Brésil) et la Inter-American Federation of Christian Lawyers afin d’attirer l’attention sur ce pays qui ne respecte aucunement les droits humains. Des organisations regroupant des survivants des camps de prisonniers de Corée du Nord, telle que Free NK Gulag, ont également apporté leur soutien à la coalition.

« Le temps est venu pour les Nations Unies d’établir une commission d’enquête sur les crimes contre l’humanité qui caractérisent aujourd’hui la Corée du Nord, » a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch. « Nous demandons au monde de dévoiler au grand jour les violations flagrantes des droits humains commises par le gouvernement nord-coréen, un des régimes les plus brutaux de la planète. »

Cette initiative fait suite à une conférence qui s’est tenue à Tokyo le 6 et 7 septembre sur les crimes contre l’humanité en Corée du Nord, à laquelle ont assisté des militants des droits humains, des survivants des camps de prisonniers de Corée du Nord, des diplomates et des parlementaires japonais et sud-coréens. Les participants ont visionné une vidéo de l’ancien Président de Corée du Sud, Kim Young Sam. Trois survivants des camps de prisonniers nord-coréens et des parents de japonais kidnappés ont témoigné, ainsi qu’un parlementaire japonais et l’ancien Ministre d’Etat du Japon sur les enlèvements, Hiroshi Nakai.

La coalition militera pour l’établissement d’une commission d’enquête définie par le travail de l’ancien Rapporteur Spécial des Nations Unies, Vitit Muntarbhorn, qui, dans son dernier rapport adressé aux Nations Unies demandait la fin de l’impunité en Corée du Nord et décrivait les violations comme « atroces et épouvantables », « flagrantes et endémiques » et « systématiques et omniprésentes ». M. Muntarbhorn avait encouragé la communauté internationale à « mobiliser l’ensemble des Nations Unies pour promouvoir et protéger les droits humains dans le pays, et soutenir les processus qui concrétisent l’établissement des responsabilités pour les violations des droits humains et la fin de l’impunité. »

Le 8 juillet 2010, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à la mise en place d’une commission d’enquête et condamnant le gouvernement nord-coréen pour les « violations, graves, généralisées et systématiques des droits humains perpétrées actuellement encore contre son propre peuple. »

« La mise en place de cette importante coalition facilitera la mise en avant de la question des droits humains dans tous les échanges entre la communauté internationale et la Corée du Nord », a déclaré Ha Tae Keung, Président de Open North Korea. « Il est crucial que les états membres des Nations Unies entendent cet appel et se l’approprient afin d’établir une commission d’enquête lors de la prochaine résolution des Nations Unies sur la Corée du Nord. »

Note aux éditeurs :

1. Les objectifs de la coalition sont les suivants

La coalition internationale pour arrêter les crimes contre l’humanité en Corée du Nord (ICNK) unit les principales organisations mondiale de défense des droits humains, des défenseurs des droits humains en Corée du Nord et des survivants des goulag de Corée du Nord dans une campagne internationale visant à établir une commission d’enquête des Nations Unies sur les crimes contre l’humanité perpétrés par le régime nord-coréen.

La coalition vise à rassembler toutes les organisations et individus clés qui travaillent sur les droits humains en Corée du Nord, car c’est de son avis qu’une initiative commune et unie saura influencer la communauté internationale et l’opinion publique tout en envoyant un message puissant au régime.

La coalition reconnaît le besoin de faire recours à toute une panoplie de compétences et d’initiatives pour faire évoluer la situation en Corée du Nord et respecter l’individualité de chaque membre de la coalition. Les membres de la coalition pourront faire recours à diverses approches, mais seront unis dans leur campagne commune pour l’établissement d’une commission d’enquête.

Les membres de la coalition comprennent des organisations et individus situés de part le monde, dont certains en Asie, Amérique du Nord, Amérique Latine et Europe.

2. Les membres et sympathisants de la coalition sont les suivants :

Advocates International Global Council
Amnesty International
Asia Justice and Rights
Asian Federation Against Involuntary Disappearances
Asian Human Rights & Humanity Association of Japan
Burma Partnership (Thailand)
Christian Lawyers Association for Paraguay
Christian Solidarity Worldwide
Committee for Human Rights in North Korea (USA)
Conectas (Brazil)
Council for Human Rights in North Korea (Canada)
Freedom House (USA)
Free NK Gulag (ROK)
Free North Korea Radio (ROK)
Han Voice (Canada)
HH Katacombs (ROK)
Human Rights Watch
Human Rights Without Frontiers (Belgium)
Inter-American Federation of Christian Lawyers
International Federation for Human Rights (FIDH)
COMJAN (Investigation Commission on Missing Japanese Probably Related to North Korea)(Japan)
Japanese Lawyers Association for Abduction and Other Human Rights Issues in North Korea
Jubilee Campaign (USA)
Justice for North Korea (ROK)
Kontras (Indonesia)
Liberty in North Korea - LiNK (USA)
Life Funds for North Korean Refugees (Japan)
Network for North Korean Democracy and Human Rights (ROK)
NK Intellectual Solidarity (ROK)
No Fence (Japan)
North Korea Freedom Coalition
Odhikar (Bangladesh)
Open North Korea (ROK)
People In Need (Czech Republic)
PSALT NK (Prayer Service Action Love Truth for North Korea)
The Simon Wiesenthal Center (USA)
The Society to Help Returnees to North Korea (Japan)
Students Alliance for Human Rights in North Korea (ROK)
Young Defectors’ Alliance for North Korean Human Rights (ROK)
Yuki Akimoto, Burmainfo (Japan)
Tomoharu Ebihara
David Hawk, Visiting Scholar, Columbia University, Institute for the Study of Human Rights, and author of Hidden Gulag
Ken Kato, Director, Human Rights in Asia (Japan)
Tomoyuki Kawazoe, Representative, Kanagawa Association for The Rescue of Japanese Kidnapped by North Korea / Member, Reporters Without Borders
Suzanne Scholte, Seoul Peace Prize Recipient & Defense Forum Foundation (USA)
Dr. Norbert Vollertsen

Lire la suite
communique