Un verdict injuste, un avenir sombre pour la Birmanie

11/08/2009
Rapport
en fr

La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH), Burma Lawyer’s Council (BLC) et The Alternative ASEAN Network on Burma (Altsean-Burma) expriment leur indignation concernant la condamnation de Daw Aung San Suu Kyi par la Cour de la prison d’Insein à Rangoon à 18 mois d’assignation à résidence.

Publication d’une note de position (en anglais uniquement) : http://www.fidh.org/IMG/pdf/bu08.pdf

Paris, le 11 août 2009 - La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH), Burma Lawyer’s Council (BLC) et The Alternative ASEAN Network on Burma (Altsean-Burma) expriment leur indignation concernant la condamnation de Daw Aung San Suu Kyi par la Cour de la prison d’Insein à Rangoon à 18 mois d’assignation à résidence.

« Ce verdict choquant illustre une fois de plus le mépris total que la junte birmane affiche vis-à-vis de ses obligations internationales en matière de respect des droits de l’homme et montre la vraie nature du régime. Avec la principale figure de l’opposition ainsi que 2 100 prisonniers politiques derrière les barreaux, les élections prévues par le régime l’année prochaine ne seront rien d’autre qu’une farce », déclare Aung Htoo, secrétaire général de BLC.

Dans une note de position publiée aujourd’hui, la FIDH, BLC et Altsean-Burma démontrent que les violations généralisées et systématiques des droits de l’Homme et du droit humanitaire documentées ces dernières années par de nombreuses ONG birmanes, régionales et internationales ainsi que par les mécanismes de l’ONU, constituent des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. La FIDH, BLC et Altsean-Burma appellent ainsi à l’établissement d’une Comission d’enquête mandatée par le Conseil de Sécurité des Nations unies.

« La condamnation de Daw Aung San Suu Kyi n’est pas un acte de répression isolé : elle a lieu dans un contexte où des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dans l’Est de la Birmanie, ainsi que des graves violations des droits de l’Homme dans le reste du pays, sont perpétrés depuis des décennies. La communauté internationale doit se mobiliser au plus vite pour mettre fin à ces actes inhumains : la mise en place d’une Commission d’enquête mandatée par le Conseil de Sécurité est la première étape d’un processus judiciaire », souligne Souhayr Belhassen, la présidente de la FIDH.

« Les atrocités commises en Birmanie accentuent la nécessité d’une Commission d’enquête. Aujourd’hui encore, des hommes, des femmes et des enfants continuent d’être victimes de meurtres et autres violences extrêmes et systématiques. La communauté internationale ne devrait pas laisser perdurer une telle situation », conclue Debbie Stothard, coordinatrice d’Altsean-Burma.

Le rapport « Birmanie/Myanmar - Crimes internationaux commis en Birmanie : besoin urgent d’une Commission d’enquête » est téléchargeable à l’adresse suivante ( en version anglaise uniquement) : http://www.fidh.org/IMG/pdf/bu08.pdf

Lire la suite
rapport