« La campagne des 50% » : Revendications des femmes d’Afghanistan à destination du futur Président et à d’autres élus

13/08/2009
Communiqué
en fr

Nous, les signataires de cette déclaration, sommes des militantes pour le droit des femmes et la citoyenneté, des actrices de la société civile issues d’organisations non-gouvernementales, de médias ou de partis politiques et d’institutions sociales. Nous avons connu des parcours différents, souvent difficiles, pour soutenir les revendications des femmes pour leurs droits et l’amélioration de leurs conditions de vie. Nous avons su nous unir pour cela lorsque ce c’était nécessaire.

Aujourd’hui, à un moment où la tenue prochaine des élections nous en donne l’occasion, nous sommes résolues à former une nouvelle coalition. Cette campagne est dite des 50 % en référence aux femmes qui représentent la moitié de la société. Son l’objectif est de mettre en avant les revendications des femmes. Elle ne cherche ni à soutenir un candidat particulier, ni à entraver le droit de chacun à voter pour le candidat de son choix. Elle cherche à faire entendre la voix des femmes.

Nous souhaitons dire que les femmes ont marché aux côtés des hommes, dans des conditions sociales et économiques difficiles, dans l’exil et la pauvreté, mais sont aujourd’hui privées d’accès à leurs droits humains.

Nous tenons à attirer l’attention des décideurs et des autorités sur les demandes spécifiques des femmes. Ces demandes vont au-delà de la surveillance citoyenne indirecte du processus d’enquête d’éligibilité des candidats, au-delà aussi de la tenue des élections en toute transparence qui est du ressort des citoyens.

Nous voulons ainsi montrer que si nous portons un regard positif, nous pouvons comme citoyennes avoir une influence sur la réalité qui nous entoure t et parvenir à une vie meilleure et plus juste, y compris dans des conditions sociales et politiques des plus difficiles. Parvenir à un tel objectif dépend de notre seule volonté à démontrer que nous avons la capacité, la sagesse et le courage d’expérimenter les diverses modalités de l’action civile. L’expérience montre, en effet, que tout espace d’action et toute fenêtre d’opportunité abandonnées par les femmes ont été immédiatement occupées par ceux qui les ont réprimées, permettant que la vie de chacune d’entre nous soit soumise aux privations les plus inhumaines et l aux comportements les plus violents.

Revendications de la campagne des 50%

Mettre un terme au non transparence des négociations avec les belligérants et les auteurs des crimes de guerre de sorte que la question des droits des femmes soit au cœur des politiques publiques est une demande communément admise parmi les différents groupes de femmes.

Etant convaincues que la démocratie et la justice ne peuvent se réaliser qu’en prenant en compte la condition des femmes, nous avons toujours milité par des moyens non-violents pour accéder aux libertés individuelles et civiles, c’est-à-dire à la justice, à l’égalité et aux droits civils. Nous réitérons aujourd’hui notre demande en insistant sur le principe de l’égalité des sexes comme condition de la démocratie, du développement durable et d’une société viable et humaine qui bannisse la violence, la pauvreté et l’injustice.

C’est pourquoi, nous les hommes et femmes d’Afghanistan, convaincus qu’aucune société ne peut accéder à la démocratie, à la justice et au développement sans mettre fin à la discrimination à l’égard des femmes, demandons aux candidats d’apporter des réponses solides à nos demandes lorsqu’ils présentent leur programmes :

Mettre en œuvre des efforts pour accéder à la paix juste et durable dans le pays grâce aux solutions pacifiques et en mettant fin aux méthodes belligènes et aux négociations non-transparentes avec des belligérants.
Trois décennies de guerre ont couté la vie à des millions d’êtres humains, des femmes et des enfants. De nombreuses femmes ont perdu ou continuent à perdre leurs époux ou leurs enfants. Cette longue période de conflit armé ininterrompu nous a aussi fait perdre de nombreuses opportunités sociales, économiques et culturelles. Tout ceci ayant conduit au sous-développement de la société afghane et à l’exil de million de réfugiés. C’est pourquoi, nous demandons au futur Président de répondre à nos demandes de justice envers les victimes du conflit comme un préalable à toute solution de paix.

Assurer la sécurité des femmes dans le travail, le mariage et l’accès à la justice

Les premiers des droits concernent la sécurité politique, économique, sociale et judiciaire. Nous demandons au futur Président afghan de démontrer un effort particulier pour assurer la sécurité des femmes qui afin d’ouvrir des fenêtres d’opportunité pour le développement économique, social et culturel des femmes.

Déclarer une mobilisation générale en faveur de l’alphabétisation des femmes et procéder à l’allocation des ressources financières et humaines qu’elle nécessite
Il est évident que la plupart des problèmes de la société afghane découlent de l’absence généralisée d’éducation et d’accès à l’information. Ce problème est d’autant plus exacerbé dans le cas des femmes qu’une grande partie d’entre elles est analphabète. Nous demandons au futur Président de prendre des mesures concrètes et efficaces pour réduire l’analphabétisme chez les femmes qui ne sont plus en âge d’être scolarisées tout en veillant à l’éducation gratuite et de qualité des enfants, et à l’égalité d’accès à la scolarisation entre filles et garçons.

Eliminer les lois qui génèrent une discrimination particulière à l’égard des femmes et intégrer le principe d’égalité des sexes dans toutes les lois

Même si la modification des lois qui créent une discrimination à l’égard des femmes n’est pas du seul ressort du Président, nous savons que si le futur chef de l’Etat prend des engagements vis-à-vis de l’égalité homme-femme pendant la campagne, il pourra prendre des mesures plus efficaces dans la limite de ses moyens et de ses capacités. Cette première étape permettra que le Parlement et la population dans l’ensemble aillent dans le sens de la modification des codes civil et criminel, voire des coutumes. Ainsi, l’Etat, le secteur non-étatique et les individus ne s’octroierait plus le droit d’entreprendre des actions discriminant les femmes. Les représentations et attitudes discriminantes qui considèrent les femmes comme des êtres faibles, ou encore des êtres inférieurs aux hommes et les comportements qui leur sont associés seraient abandonnées.

Créer des opportunités politiques, économiques et sociales égales pour les hommes et les femmes
Les femmes en tant que la moitié de la société afghane sont privées des opportunités politiques, économiques et sociales. Comme il a été écrit dans la Convention pour l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes dont l’Afghanistan est signataire, les femmes doivent pouvoir participer à toutes les élections et référendums aussi bien en tant que votants qu’en tant que candidates. Les Etats doivent permettre la participation des femmes sans aucune discrimination à égalité avec les hommes à la direction du pays, c’est-à-dire dans l’ensemble de l’administration, dans les forums et les associations étatiques que ce soient à l’intérieur de l’Afghanistan ou à l’extérieur.

Créer l’opportunité d’emploi pour les veuves et les handicapées
L’Afghanistan compte de nombreuses veuves qui sont devenues des chefs de famille à la suite de la mort de leur époux pendant la guerre. Nous demandons au futur Président de prêter une attention particulière à la situation de ces femmes en créant de l’emploi et un système de sécurité sociale couvrant les veuves, les femmes âgées dépendantes, ainsi que les handicapées dans leur effort à nourrir leurs familles.

Améliorer l’accès aux soins et aux services de santé de toutes les femmes

L’accès aux services de santé de qualité est encore très limité dans le pays. De nombreuses femmes meurent lors de la grossesse et de l’accouchement en l’absence des services de santé les plus essentiels. Nous demandons au futur Président d’entreprendre des actions concrètes pour créer les mécanismes de prévention et de protection des femmes lors des phases de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement, notamment dans les campagnes et les régions isolées.

Enfin, nous déclarons au futur gouvernement et à la société d’Afghanistan :

Les droits des femmes dans nos vies : mères, épouses, filles, sœurs, amies et familles assurent la liberté, l’indépendance, la démocratie, la justice et la fierté de notre pays, l’Afghanistan.

Que faire ?

Afin de présenter et d’étendre les demandes des femmes afghanes, nous prendrons toute mesure nécessaire dans la limite de nos moyens auprès de la population, de la société civile et des candidats. Nous espérons que nous pourrons utiliser le moment électoral pour réaliser les demandes mentionnées et aller dans le sens des demandes plus étendues des femmes.

Comment ?

Nous nous efforçons d’ouvrir le plus largement cette coalition dans un effort qui se veut pacifique et collectif. Nous demandons donc à tous ceux qui souhaiteraient se joindre à cette coalition et faire évoluer sa trajectoire de nous contacter via l’email suivant : campaign50darsad@gmail.com. Nous espérons ainsi former le consensus le plus large et une convergence des pensées pour parvenir à présenter les demandes des femmes.

SI VOUS ETES AVEC NOUS,

ENVOYEZ VOTRE Nom, Profession et Nationalité

afin de SOUTENIR CETTE DECLARATION au courriel suivant :

campaign50darsad@gmail.com

Lire la suite
communique