Honduras : L’Etat n’a aucune légitimité au sein du Conseil des droits de l’homme

25/10/2021
Déclaration
en es fr

Aujourd’hui, plus de 50 organisations de la société civile nationale et internationale ont envoyé cette lettre aux États votants de l’ONU, les exhortant à ne pas voter pour le Honduras - l’un des pays les plus meurtriers au monde pour les défenseurs des droits humains - alors que le pays est nommé pour un siège au Conseil des droits de l’Homme.

13 octobre 2021

Les organisations de la société civile soussignées dénoncent la nomination de l’État hondurien pour un siège au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. Le Honduras, l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les défenseurs des droits de l’homme, n’a aucune légitimité pour mettre en œuvre un mandat visant à " Promouvoir et protéger les droits de l’homme dans le monde entier ". Bien que la candidature de l’État hondurien fasse partie d’une "liste fermée", nous demandons instamment aux États votants de ne pas voter lorsqu’il s’agira du Honduras, un État manifestement non qualifié pour le siège. Il s’agit de dénoncer l’incapacité de l’État à respecter les normes les plus élevées en matière de promotion et de protection des droits de l’homme et à coopérer pleinement avec le Conseil.

Depuis des années, le Honduras est en proie à des assassinats, des détentions arbitraires, des menaces et des intimidations contre ceux qui défendent courageusement leurs droits. Face à la gravité de la situation des droits de l’homme, la CIDH a présenté trois rapports sur le pays en 2009, 2015 et 2019, dans lesquels elle identifie la persistance de problèmes structurels tels que la pauvreté, l’inégalité, la corruption et l’impunité. Tout ceci affecte de manière disproportionnée les secteurs les plus vulnérables de la société, en raison de l’existence d’une "justice sélective" qui, d’une part, agit tardivement par rapport aux violations des droits de l’homme, mais d’autre part, agit en faveur des intérêts de divers acteurs liés au pouvoir public, politique et des affaires.

Par ailleurs, les recommandations formulées par l’ancien rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme, Michel Forst, après sa visite au Honduras en 2019, n’ont pas été mises en œuvre, et la situation de vulnérabilité et de risque à laquelle sont confrontés les défenseurs n’a pas diminué. Au contraire, des lois régressives, y compris des changements profonds du code pénal, ont servi à approfondir la situation de risque à laquelle sont confrontés les défenseurs, leurs communautés et leurs familles.

À l’approche des élections du Conseil des droits de l’homme, qui auront lieu le 14 octobre, Amnesty International et le Service international pour les droits de l’homme ont organisé le 8 septembre 2021 un événement destiné aux États candidats. Lors de cet événement, nous avons été surpris que le Honduras s’engage à coopérer avec la société civile et les États de toutes les régions, alors que cette année encore, loin de respecter la volonté et l’esprit des Nations unies de protéger et de promouvoir les droits humains, le Honduras ne s’est pas conformé à l’avis n° 85/2020 du Groupe de travail sur les droits de l’homme. Cet avis 85/2020 du Groupe de travail sur la détention arbitraire, concerne José Daniel Márquez Márquez, Kelvin Alejandro Romero Martínez, José Abelino Cedillo, Porfirio Sorto Cedillo, Orbín Nahúm Hernández, Arnold Javier Alemán, Ewer Alexander Cedillo Cruz et Jeremías Martínez Díaz (Honduras), connus sous le nom de défenseurs de Guapinol. L’avis a exhorté l’État à libérer immédiatement les huit défenseurs de l’eau détenus arbitrairement depuis plus de 25 mois. Non seulement l’État hondurien n’a pas mis en œuvre la résolution, mais il a depuis prolongé sans raison la détention arbitraire des défenseurs qui se battaient pour défendre l’eau potable de leur communauté contre les projets miniers dans le parc national Carlos Escaleras.

Ce 14 octobre, les États membres de l’ONU ne doivent pas promouvoir le Honduras, mais agir pour empêcher l’État d’agir contre son propre peuple et ses droits.

Lire la suite

  • Co-signataires

    ACI PARTICIPA, Honduras
    AIDEVISH, Honduras
    Asociacion APUVIMEH, Honduras
    ASOPAZH, Honduras
    Bandera Socialista, Honduras
    Bufete "Estudios para la Dignidad", Honduras
    Bufete Jurídico Justicia Para Los Pueblos, Honduras
    CADEHO, Alemania-Germany
    Caritas. Diócesis de San Pedro Sula, Honduras
    Casa Visitacion, Iglesia Catolica, Honduras
    Central Nacional de Trabajadores del Campo CNTC, Honduras
    Centro de Derechos de Mujeres, Honduras
    Centro de Estudio para la Democracia (CESPAD), Honduras
    Centro de Estudios de la Mujer - Honduras, Honduras
    Centro de Prevención, Tratamiento y Rehabilitación de las Victimas de la Tortura y sus Familiares (CPTRT), Honduras
    Chicago Religious Leadership Network on Latin America, EEUU-USA
    Coalición Contra la Impunidad, Honduras
    Comité de Defensa de los Bienes Comunes y Publicos de Tocoa, Honduras
    Comité de Familiares de Detenidos Desaparecidos en Honduras, Honduras
    Comité por la Libre Expresión (C-LIBRE), Honduras
    Committee in Solidarity with the People of El Salvador (CISPES), EEUU-USA
    Consejo Indigena Lenca Reitoca, Honduras
    Consejo Indigena Municipal de Santa Elena La Paz, Honduras
    COPINH, Honduras
    Coordinadora de Organizaciones Populares del Aguan (COPA), Honduras
    Equipo Jurídico por los Derechos Humanos, Honduras
    ERIC-SJ, Honduras
    FIDH en el marco del Observatorio para la Protección de los Defensores de Derechos Humanos
    Foro Honduras Suiza, Suiza-Switzerland
    Fundación San Alonso Rodríguez (FSAR), Honduras
    Grupo Musical Son de Pueblo, Honduras
    Hondurasdelegation, Alemania-Germany
    Iniciativa Mesoamericana de mujeres defensoras de derechos humanos, Mesoamerica
    Institute for Policy Studies - Global Economy Program, EEUU-USA
    Mesa Nacional de Incidencia para la Gestión de Rieagos MNIGR, Honduras
    MEU, Honduras
    Movimiento Amplio por la Dignidad y la Justicia (MADJ), Honduras
    Movimiento de Diversidad en Resistencia (MDR), Honduras
    Movimiento PATRIA en Acción, Honduras
    OMCT en el marco del Observatorio para la Protección de los Defensores de Derechos Humanos, Internacional
    Oficina Ecuménica por la Paz y la Justicia, Alemania
    Organización Ayudamos Honduras (OAH), Honduras
    OrganizaciÓn Fraternal Negra Hondureña (OFRANEH), Honduras
    Plataforma Agraria, Honduras
    Plataforma de solidaridad con Honduras, España-Spain
    Plataforma Internacional Contra la Impunidad, Honduras-Suiza
    Red Coiproden, Honduras
    Red de mujeres del Progreso, Honduras
    Red europea de Comités Oscar Romero, Bélgica-Belgium
    Red Nacional de Defensoras de Derechos Humanos en Honduras , Honduras
    Sede Comunidad LGBTI Ofraneh, Honduras
    Solidaridad con Guatemala de Austria, Austria
    Trócaire, Honduras

  • Organisations membres - Honduras
    vignette contact
    Honduras

    vignette contact
    Honduras


Agir

statement