Haïti, une nation ébranlée : Pour une reconstruction fondée sur les droits humains incluant le peuple haïtien.

19/05/2010
Rapport
es fr

La FIDH et ses organisations membres en Haïti publient aujourd’hui leur rapport d’enquête.

Le 12 janvier 2010, 35 secondes ont suffi pour déclencher une catastrophe humanitaire sans précédent à Haïti. Plus de 200 000 personnes y auraient trouvé la mort, environ 300 000 personnes ont été blessées et 1.9 million déplacées [1].

Quatre mois après le tremblement de terre, la FIDH et ses organisations membres en Haïti, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), le Centre Œcuménique des Droits Humains (CEDH) et le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (CARLI), publient un rapport qui dresse le bilan de la gestion de l’aide humanitaire – points forts et défaillances - et présente les enjeux de la reconstruction en matière de droits humains.

Ce rapport fait suite à une mission internationale d’enquête et de solidarité réalisée au mois de mars 2010 au cours de laquelle la délégation de la FIDH a rencontré de nombreux acteurs, dont les plus hautes autorités, dont le Président René Préval, et visité plusieurs camps de personnes sinistrées.

Le rapport fait état des enjeux du « Plan d’action pour le relèvement et le développement national », élaboré par les autorités haïtiennes et adopté lors de la conférence des donateurs qui s’est tenue à New York le 31 mars 2010. Si le plan insiste de façon positive sur l’aménagement du territoire et le développement local, ainsi que sur différents aspects de gouvernance, il n’accorde qu’une place très insuffisante à l’administration de la justice, un problème pourtant central. La FIDH et ses organisations membres déplorent que le mouvement associatif n’aient pas été impliqué dans son élaboration.

Une série de recommandations visant à placer les droits humains au cœur de la reconstruction est adressée aux autorités haïtiennes et à la communauté internationale :

1/ Dans le contexte de la phase d’urgence, le rapport insiste sur la nécessité impérative et urgente d’assurer la sécurité physique, alimentaire et sanitaire des personnes sinistrées, et de veiller à informer de manière régulière et transparente la population haïtienne des mesures prises en vue d’une sortie de la situation d’urgence.

2/ Dans la perspective de la reconstruction, les recommandations portent sur la consolidation de l’État de droit et du système de justice, mais aussi sur la déconcentration et la décentralisation des services publics et des activités créatrices d’emploi et de revenus, afin de garantir la pleine jouissance des droits économiques, sociaux et culturels à l’ensemble de la population. La FIDH et ses organisations membres soulignent que seule l’implication de l’ensemble du peuple haïtien permettra une reconstruction solide et durable d’un État de droit. Elles recommandent aux différents acteurs internationaux de coordonner leur aide et d’harmoniser leurs stratégies avec celles de l’État - seul capable de garantir à tous les citoyens et citoyennes d’Haïti l’accès à leurs droits fondamentaux - et de la société civile haïtienne, et préconisent des lignes d’action visant à permettre à Haïti de sortir de la dépendance économique.

Lire la suite
rapport