Équateur : des représailles contre une communauté Waorani après sa plainte contre PetroOriental ?

28/01/2021
Communiqué
en es fr

(Paris, Quito) — L’organisation membre de la FIDH en Équateur, Acción Ecológica, a appris que la société chinoise PetroOriental avait entrepris des actions qui pouvaient être assimilées à des actes de représailles contre la communauté Waorani de Miwaguno, alors que certains de ses membres ont intenté des poursuites contre la compagnie pétrolière le mois dernier pour les répercussions de son activité sur le changement climatique dans leurs territoires. 

PetroOriental a annoncé qu’ils supprimeraient la contribution qu’ils versaient aux plus anciens de la communauté et qu’ils mettraient un terme au seul contrat de travail accordé à la communauté dans le bloc pétrolier 14 en Amazonie – des menaces qui laissent entendre qu’ils poursuivront leur soutien à la communauté à condition que cette dernière cesse de revendiquer davantage le respect de ses droits.

Si de telles mesures révèlent la cupidité de la société chinoise, elles sont aussi scandaleuses et immorales. À travers leur action en justice, le peuple Miwaguno revendique le respect des droits de ses membres reconnus par la constitution de l’Équateur et agit, en outre, pour le bien du pays et de l’humanité dans son ensemble. Il a exigé l’extinction des trois torches de gisement ainsi que l’adoption de mesures de compensation nécessaires à la reconstruction de leur habitat emporté par les inondations ou à la réalisation de projets qui leur permettront de lutter contre les effets du changement climatique, tels que la reprise de leurs cultures et de leurs semences traditionnelles et le recours à leurs plantes médicinales – une mesure extrêmement urgente dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

La communauté demande, dans le cadre de ces poursuites, l’adoption d’une mesure de protection constitutionnelle du fait de la responsabilité indéniable de la compagnie pétrolière dans le réchauffement climatique mondial par les torches de gisement du bloc 14 dont les effets néfastes ont des retombées à l’échelle locale – notamment des crues de la rivière, une production réduite des cultures, des modifications pluviométriques.

Parmi les plus grandes multinationales de l’industrie pétrolière dans le monde, les maisons mères chinoises de PetroOriental, SINOPEC et CNCP ont généré un chiffre d’affaires de 822 milliards de dollars en 2019.

Lire la suite
communique