L’Observatoire pour la protection des Défenseurs des Droits de l’Homme condamne la violente réaction des agents de sécurité et des employés de l’ambassade de Cuba à Paris

30/04/2003
Communiqué

Dans le cadre des manifestations de protestation contre les condamnations à de lourdes peines de prison prononcées le 7 avril contre 78 cubains accusés de « conspiration », une quinzaine de militants de Reporters sans frontières (RSF) accompagnés de personnalités du monde de la culture se sont présentés devant l’Ambassade de Cuba à Paris le jeudi 24 avril 2003. Ils souhaitaient remettre une lettre à l’ambassadeur demandant la libération immédiate des journalistes indépendants condamnés.

Devant le refus du diplomate cubain de recevoir la missive de RSF, les militants ont décidé, symboliquement, d’entourer les grilles de cette Ambassade de lourdes chaînes. Une trentaine de manifestants, dont les écrivains cubains Zoé Valdés et Eduardo Manet, le philosophe Bruckner et le cinéaste Romain Goupil, étaient présents.

Les employés et agents de sécurité de l’ambassade se sont dirigés vers les manifestants munis de barres de fer, ceintures et menottes, et ont frappé les manifestants, les militants de RSF et les photographes. Une femme, deux photographes et un militant de RSF ont été blessés à la tête.

L’Observatoire pour la protection des Défenseurs des Droits de l’Homme condamne la violente réaction des agents de sécurité et des employés de l’ambassade de Cuba à Paris, qui ont fait un usage illégal de la force contre des manifestants pacifiquement réunis. L’Observatoire considère qu’il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression et de manifestation, droit universellement reconnu.

L’Observatoire saisit de ces faits Hina Jilani, Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU sur les défenseurs des droits de l’Homme sur la base de l’article 5a de la Déclaration sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, adopté par l’Assemblée générale de Nations Unies le 9 décembre 1998, qui garantit le droit de se réunir et de se rassembler pacifiquement.

L’Observatoire a diffusé un appel urgent le 8 avril à la suite de la condamnation de défenseurs des droits de l’Homme cubains arrêtés pendant la vague d’arrestation intervenue entre le 18 et 26 mars 2003, considérant que ces condamnations visent à sanctionner la liberté d’action des défenseurs des droits de l’Homme et les libertés d’expression et d’association

Lire la suite
communique