Le Soudan au plus près de la guerre civile depuis l’Accord de paix de 2005, prévient une coalition internationale d’ONG.

01/07/2011
Rapport
ar en fr

A quelques jours seulement de la sécession du Sud-Soudan le 9 juillet, le Soudan n’a jamais été aussi proche de la guerre depuis la signature de l’Accord de paix globale (CPA) entre le Nord et le Sud Soudan en janvier 2005, déclare une coalition internationale d’ONG.

Des sanctions contre les violations de l’accord de paix.

Dans un nouveau rapport publié aujourd’hui, Au-delà des promesses : L’engagement international après l’Accord de paix global au Soudan, une coalition de 22 organisations de la société civile du Soudan et d’autres pays africains, du Moyen-Orient, d’Europe et des Etats-Unis avertissent que le Nord et le Sud Soudan pourraient dégénérer vers un conflit généralisé à moins que la communauté internationale n’adopte une stratégie d’engagement plus robuste, comprenant notamment des sanctions ciblées.

« A moins que la communauté internationale n’agisse rapidement pour arrêter le conflit le long de la frontière, nous pourrions à nouveau sombrer dans une guerre totale. Nous avons parcouru un long chemin depuis les jours les plus sanglants de la guerre civile, mais nous pourrions tout perdre. Le soutien international nous a permis de trouver la paix, maintenant nous avons urgemment besoin d’aide pour la garder », affirme David De Dau, directeur de l’Agency for Independant Media, une organisation soudanaise signataire du rapport.

« La communauté internationale doit redéfinir ses relations avec le Nord et le Sud Soudan. Pour le Nord, cela implique de maintenir la pression sur le gouvernement pour qu’il engage une véritable réforme politique et mette un terme au conflit au Darfour. Pour le Sud, cela signifie augmenter les critiques internationales quant à la corruption et au harcèlement des militants des droits humains », déclare Tom Andrews, président du Genocide Intervention Network / Save Darfur Coalition.

Le rapport souligne comment la violence entre le Nord et le Sud a augmenté de façon alarmante alors que les dirigeants des deux parties tentent de renforcer leurs positions avant que le Soudan ne soit divisé en deux :

- De récentes attaques militaires le long de la frontière d’Abyei et du Sud Kordofan ont eu un impact terrible sur les civils, forçant plus de 174 000 personnes à fuir en plus d’affecter 1,4 millions de personnes.
- Entre janvier et mi-mai 2011, plus de 117 000 personnes ont été déplacées et presque 1 400 tuées dans le Sud Soudan uniquement, soit un nombre de morts plus élevé que pour toute l’année 2010.
- Au Darfour, environ 70 000 Darfuris ont été déplacés entre décembre 2010 et mars 2011. Et au moins 80 raids aériens ont été conduits par le gouvernement à l’encontre des populations civiles entre janvier et avril 2011.

« La réforme démocratique ne doit pas être évincée des priorités du Soudan. Alors que le monde arabe se bat pour sa liberté, l’oppression et les violations des droits humains au Nord Soudan se poursuivent de façon incontrôlée. Dans le Sud, la mauvaise gouvernance et l’autoritarisme augmentent. L’opportunité de venir en aide à la population soudanaise va filer entre les doigts de la communauté internationale à moins d’agir dès à présent », avertit Osman Hummaida, militant soudanais des droits humains et directeur de l’African Centre for Justice and Peace Studies.

Le rapport exhorte la communauté internationale à augmenter la robustesse de son engagement avec ​​le Soudan, en réponse à l’agression militaire conduite par chacun des deux camps :

- En mettant en place une zone démilitarisée et en déployant des casques bleus le long de la frontière ;
- En intensifiant les sanctions ciblées de l’Union européenne et d’autres acteurs, y compris les interdictions de voyager et le gel des avoirs envers les acteurs les plus responsables de la violence ;
- En suspendant l’allègement de la dette ;
- En suspendant la normalisation des relations diplomatiques avec les États-Unis ;
- En suspendant les avantages qu’offrent des relations diplomatiques en bonne et due forme.

Le rapport recommande également que le Conseil de Sécurité des Nations unies mandate et déploie une opération de maintien de la paix pour succéder à la Mission des Nations unies au Soudan (MINUS), avec la protection des civils pour priorité n°1.

Résumé du rapport en français :

PDF - 511.9 ko
Résumé Rapport Soudan Français

Rapport intégral en anglais :

PDF - 900.7 ko
Rapport Soudan Anglais

Organisations signataires du rapport :
Aegis Trust
African Centre for Justice and Peace Studies
Agency for Independent Media
African Peace Forum
African Research and Resource Forum
Al-Khatim Adlan Center for Enlightenment and Human Development
Centre mondial pour la responsabilité de protéger
Coalition Arabe pour le Darfour
Community Empowerment and Progress Organisation (Sudan)
Consortium Darfour
Darfur Relief and Documentation Centre
ENOUGH
Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH)
Genocide Intervention Network / Save Darfur
Global Witness
ICCO
Institut du Caire pour les Etudes des Droits de l’Homme
International Refugee Rights Initiative
Kenya Human Rights Commission
Sudan Democracy First Group
Sudanese Network for Democratic Elections
Waging Peace

Lire la suite