Un "casque bleu" condamné par la justice française

15/09/2008
Communiqué
RDC

Une première en France : Didier Bourguet, fonctionnaire français au
sein de la mission de maintien de la paix des Nations unies en RDC (MONUC) a
été condamné le 11 septembre 2008 par la justice française, pour viol et
agression sexuelle sur trois mineures. L’une des victimes, âgée de 12 ans au
moment des faits, a pu témoigner lors du procès. Cette condamnation a valeur
d’exemple : elle permet de briser l’impunité des auteurs de crimes sexuels et de
réprimer les agissements criminels de certains membres des forces de maintien
de la paix, censés protéger la population civile.

La condamnation de Didier Bourguet à neuf ans de prison et a huit ans de
soins obligatoires à sa libération n’aurait jamais eu lieu sans la
détermination de certaines familles et la mobilisation d’ONG, dont la FIDH et
ses organisations membres et partenaires en RDC. Dans cette affaire, la jeune
victime partie civile a été représentée par Me Emmanuel Daoud, sensibilisé à
son cas à l’occasion d’une mission d’enquête de l’avocat français à Kinshasa
pour la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH).

Seul bémol : la Cour n’a pas reconnu la responsabilité de Didier
Bourguet pour les violences sexuelles commises contre les 20 autres victimes
mineures citées, qui, non identifiées formellement, n’ont pas eu la possibilité
de témoigner.

En savoir plus : Un ancien fonctionnaire de la MONUC devant les Assises

Lire la suite
communique