Loi anti-homosexualité en Ouganda : Position forte de la Rapporteure Spéciale de la CADHP sur les défenseurs des droits de l’Homme

La position adoptée par la Rapporteure spéciale de la CADHP sur les défenseurs des droits de l’Homme fait directement échos aux préoccupations et recommandations formulées par la FIDH suite à l’adoption de cette loi drastique.

Dans son communiqué de presse, adopté au cours de la 15ème Session extraordinaire de la CADHP, la Rapporteure spéciale fait part de ses préoccupations quant aux conséquences de la loi pour le respect des droits de l’Homme en Ouganda. Elle insiste en particulier sur le sentiment croissant d’insécurité qui anime les personnes LGBTI et ceux qui défendent leurs droits depuis la promulgation de la loi et la publication dans certains journaux, des noms et photos de personnes considérées comme étant homosexuelles. Elle dénonce également l’interférence dans leur vie privée, de même que les cas d’intimidation, de menaces, de harcèlement et d’actes de violence perpétrés à leur encontre. La Rapporteure spéciale fait se dit préoccupée quant à l’impact de cette loi sur les droits des défenseurs des droits de l’Homme, affirmant que plusieurs de ses dispositions sont contraires aux obligations de l’Ouganda en matière de respect des libertés d’association, de rassemblement et d’expression. La Rapporteure spéciale exhorte les autorités ougandaises « à prendre toutes les mesures nécessaires en vue de l’abrogation ou de la révision de cette loi », « à s’assurer que les défenseurs des droits de l’Homme exercent leurs activités dans un environnement propice exempt de stigmatisation, de représailles ou de poursuites pénales en raison de leurs activités de défense des droits de l’Homme y compris les droits des minorités sexuelles » et « à prendre des mesures idoines en vue d’une meilleure protection de toutes les personnes contre la discrimination indépendamment de leur orientation sexuelle et de préserver un climat de tolérance vis à vis des minorités sexuelles dans le pays ».

La FIDH, qui a appelé la CADHP à saisir l’opportunité de sa 15ème Session extraordinaire pour condamner l’adoption de la loi anti-homosexualité en Ouganda et appeler à son abrogation, se félicite de cette position forte adoptée par une représentante du principal mécanisme africain de protection des droits humains. La FIDH, conjointement avec ses organisations membres et partenaires en Ouganda, ne ménagera aucun effort pour s’assurer de ce que l’Ouganda se conforme à ses obligations en matière de protection des droits et pour que les mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains restent mobilisés dans la lutte contre la discrimination, la stigmatisation et la violence dans ce pays.

Lire la suite
impact