Mauritanie : l’AMDH dénonce les arrestations d’étudiants

16/02/2012
Communiqué

L’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH), organisation membre de la FIDH en Mauritanie, exprime son inquiétude de l’arrestation de plus d’une trentaine étudiante qui sont dispersés dans des lieux secrets.

Selon des sources bien informées Kadiata Boubacar Bâ a subie des tortures par la police au commissariat de police n°2 de Dar Naim.

Ce 16 Février 2012 les mères des étudiantes détenues organisent un sit-in devant le ministère de l’intérieur pour la libération de leurs filles :

  • Khdaijetou Ngaïdé,
  • Kadiata Bocar Ba,
  • Amy Dieng,
  • Anthiata Diagana,
  • Fatimata Diop dite Coumbis
  • Mariam Ball. 

L’AMDH condamne avec force l’intervention violente des forces policières ainsi que l’utilisation de la torture contre les étudiants

Notre organisation proteste vivement contre l’intervention des forces de l’ordre sur le campus universitaire à Nouakchott le 02 février de 12 à 23h 00 aboutissant à l’arrestation de plusieurs étudiants, alors qu’ils étaient en grève depuis 5 jours, réclamant l’amélioration de leur conditions d’étude et le paiement des arriérés de leur bourse. 

L’AMDH rappelle que le droit de manifester, de se réunir, de se syndiquer, d’association, de réunion, d’expression, d’opinion sont des droits fondamentaux garantis par la constitution mauritanienne et que les autorités universitaires ont l’obligation de protéger les étudiants sur le campus universitaire qui reste un lieu inviolable par les forces de police. 

L’AMDH exige la libération immédiate et sans conditions des étudiants gardés à vue dans les commissariats de Ksar I et II, la brigade de constat, la brigade routière de Nouakchott, et de Teyaret et Dar Naim dont les noms suivent : 

1-Boubou Thiam 
2-Boubacar Diallo
3-Sid’ Ahmed, 
4-Roukhaya, 
5-Ahmed Tijane, 
6-Mine, 
7-Badji Sall, 
8-Khdaijetou Ngaidé, 
9-Kadiata Bocar Ba, 
10-Ami Dieng, 
11-Antiata Diagana, 
12-Farmata Diop, 
13-Mariem Ball
14- Bouyaga Sall. 
15-Souleymane Kébé
16- Alhousseinou Diou
17- Oumar Kamara
18- Bocar Diagana

Au moment où nous publions cette action d’Urgence, nous apprenons d’autres arrestations. 

Il est à craindre une atteinte grave à l’intégrité physique et morale des étudiants déjà arrêtés depuis deux jours. 

  • L’AMDH recommande aux autorités universitaires et politiques de se mettre autour de la table pour négocier avec les jeunes universitaires en vue de trouver des solutions à leurs revendications.
  • L’AMDH demande à la société civile mauritanienne et aux réseaux des droits de l’Homme d’exiger l’arrêt de la poursuite des étudiants et des jeunes et la libération immédiate de ceux qui sont déjà arrêtés. 

Enfin l’AMDH : 

  • Rappelle aux autorités politiques que l’entrée de la Mauritanie au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies exige que la Mauritanie respecte les principes fondamentaux des droits de l’Homme qui ne peuvent souffrir d’aucune restriction ni répression. 
  • Exige la sauvegarde de l’intégrité physique et morale des personnes arrêtées et leur libération immédiate et sans conditions. 

Fait à Nouakchott le 16/02/12 

La présidente 
Maître Fatimata MBAYE 

Lire la suite
communique