La FIDH et l’AMDH appellent la communauté internationale à sanctionner la junte

06/10/2008
Communiqué

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre en Mauritanie, l’Association mauritanienne des droits de l’Homme (AMDH), appellent la junte au pouvoir depuis le coup d’État du 6 août 2008 à libérer immédiatement et sans condition le président élu, M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et à rétablir le pouvoir constitutionnel conformément aux injonctions du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA).

Deux mois après le coup d’État, la junte militaire n’ayant toujours pas libérée les personnalités politiques arrêtés lors du coup de force, la FIDH et l’AMDH saisissent ce jour le Groupe de travail sur la détention arbitraire des cas de MM. Sidi Ould Cheikh Abdallahi et Yahia Ould Ahmed Waghf, respectivement président et premier ministre au moment des faits.

Considérant le non retour à l’ordre constitutionnel ce 6 octobre, date limite donnée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine à la junte pour libérer le président et lui rendre le pouvoir légitime ; la FIDH et l’AMDH demandent à l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Union européenne, et l’Organisation des Nations unies à prendre des sanctions ciblées à l’encontre des généraux de la junte et les individus qui les soutiennent jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel et la libération inconditionnelle des dirigeants politiques emprisonnés.

Lire la suite
communique