Arrestation du Directeur du Daily News

FIDH/ZimRights

27/10/2003
Rapport
en fr

La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH) et ZimRights, son organisation affiliée au Zimbabwe, condamnent l’arrestation de M. Washington Sansole, directeur du journal indépendant le Daily News.

Le Daily News a fermé le 12 septembre , à la suite d’une décision judiciaire statuant que le journal opérait « illégalement » et ordonnant au Daily News de se conformer aux dispositions de l’Acte sur l’Accès à l’ Information et la Protection de la Vie Privée (AIPPA), adopté en mars 2002. La FIDH et ZimRights ont condamné cette décision, qui entrave la liberté d’expression.

Le 19 septembre, la Commission des Médias et de l’ Information (MIC), a refusé l’obtention d’une licence valide au journal. Le Daily News a fait appel de cette décision devant la Cour Administrative d’Hararé, et les audiences se sont tenues entre les 16 et 19 octobre. Le 24 octobre, la Cour Administrative a statué que le Daily News devait obtenir un certificat d’ enregistrement avant le 30 novembre 2003, étant donné que la MIC
« n’était pas constitué correctement au regard de la loi et était de ce fait légalement incapable de rendre la décision qu’elle a rendue ».

Le 25 octobre, une courte édition du Daily News a été publiée, et quelques heures plus tard, des forces de police armées ont pris le contrôle des bureaux de l’Associated Newspapers of Zimbabwe et arrêté 18 journalistes et autres employés, qui furent ensuite relâchés sans charge retenue à leur encontre. Le 26 octobre, M. Washington Sansole, l’un des neuf directeurs du Daily News, a été arrêté à Bulawayo et poursuivi pour avoir ignoré la décision de la Cour Administrative et donné l’ordre de publier sans licence, conformément aux dispositions de l’AIPPA.

La FIDH et ZimRights sont très préoccupés par la sérieuse détérioration de la liberté d’expression au Zimbabwe, et rappelle que cette arrestation intervient dans un contexte de plusieurs vagues d’arrestations de syndicalistes, de défenseurs des droits de l’Homme et de représentants de l’opposition en octobre.

La FIDH et ZimRights demandent aux autorités Zimbabwéennes de relâcher M. Sansole et de retirer toutes les charges contre lui, étant donné que cette arrestation entrave la liberté d’expression, garantie notamment par l’article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’homme et des Peuples et par l’article 19 (2) du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques, qui garantit que « toute personne a droit à la liberté d’expression ; ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix », et est de ce fait arbitraire.

Lire la suite
rapport