Philippines : le Parlement européen condamne les exécutions sommaires et exige une cessation immédiate

Dans la résolution adoptée le 19 avril 2018, le Parlement européen condamne fermement toutes les exécutions sommaires, les meurtres commis par les autorités et justifiés sur la base de faux témoignages, et réclame leur fin immédiate. Il condamne également la répression violente menée au nom du terrorisme et demande aux autorités de retirer les défenseurs des droits humains de leur liste de terroristes, sans oublier l’obligation de protéger les droits des populations indigènes. De plus, la résolution du Parlement européen exhorte le gouvernement à empêcher la réintroduction de la peine capitale, en le mettant en garde que cette mesure va à l’encontre de ses obligations internationales, et notamment du Système de préférence généralisée (SPG) et de l’Accord de coopération et de partenariat, comme détaillé dans la contribution de la FIDH à l’évaluation de mi-mandat du SPG de l’Union européenne.

La FIDH, par l’intermédiaire de son Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, a systématiquement dénoncé les accusations non fondées de terrorisme à l’encontre de dizaines de défenseurs des droits humains et a lancé un cri d’alarme dénonçant les exécutions sommaires commises sous le Président Rodrigo Duterte dans le cadre de sa « guerre contre la drogue », lors d’une mission d’observation en août 2017. Face à cette répression brutale généralisée, la Cour pénale internationale a procédé à des examens préliminaires concernant les Philippines le 8 février 2018.

Lire la suite
impact