Intervention orale sur Haiti du 12 Juin

La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme et son organisation membre, le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (CARLI) continuent d’exprimer leurs vives préoccupations sur la situation générale des Droits de l’Homme en Haïti.

En dépit du changement dans le paysage politique haïtien, et l’adoption par le gouvernement actuel de mesures visant à renforcer les structures étatiques, les défis restent énormes particulièrement, en matière des droits de l’homme et de sécurité publique.

Des efforts ont certes été déployés par la Police nationale d’Haïti et les forces de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), mais l’insécurité reste un fléau qui ronge la société haïtienne.

En mai 2007, deux citoyens œuvrant dans le domaine de la communication (Alix Joseph, journaliste et François Latour, publiciste et homme de théâtre) sont assassinés. Par cet acte, la liberté d’expression est visiblement atteinte.

Dans le domaine de la justice, la situation est aussi préoccupante compte tenu du problème de détention préventive prolongée et aussi des mauvaises conditions d’incarcération dans les centres de détention et les commissariats, depuis la fermeture de l’Administration Pénitentiaire Nationale.

Quant aux droits économiques, sociaux et culturels, une très grande majorité de la population n’ont pas accès aux besoins de base, en raison du degré de corruption qui s’installe en Haiti, situation qui crée parfois des événements néfastes ou tragiques.

De plus, environs 60 compatriotes haïtiens (voyageurs clandestins en butte à des problèmes socio-économiques) ont, en effet, trouvé la mort sur les Iles Turcs et Caicos suite au naufrage de leur navire qui les transportaient à une destination inconnue alors qu’ils tentaient de se faire secourir par les autorités britanniques.

Face à ces préoccupations, la FIDH et le CARLI demandent au Conseil des Droits de l’Homme :

D’encourager les pays amis d’Haïti à œuvrer pour le renforcement des institutions de ce pays, particulièrement la Police et la Justice ;

D’adopter une résolution sur la situation générale des droits de l’Homme en Haïti en recommendant au Gouvernement constitutionnel de prendre des mesures concrètes pouvant faciliter l’amélioration des droits de l’homme conformément aux traités internationaux des droits de l’homme en la matière ;

D’engager un combat contre la corruption, en condamnant notamment le détournement de fonds effectué par le régime de Duvalier ;

De reconduire le mandat de l’Expert Indépendant sur la situation des Droits de l’Homme qui expire au mois de juin 2007 ;

Lire la suite
communique