« La paix et la justice sont indivisibles », selon Ban Ki-Moon

10/10/2007
Communiqué
en es fr

La présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, reçue par le Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-Moon.

A l’occasion du premier entretien entre la Présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, et le Secrétaire général des Nations unies, celui-ci a affirmé sa volonté de travailler étroitement avec la FIDH pour la protection et la promotion des droits de l’homme.

Considérant la gravité de la situation, le Secrétaire général a réaffirmé que le Myanmar (la Birmanie) était une de ses priorités. Il entend mobiliser tous les pouvoirs d’influence, en particulier en Chine, Inde, Indonésie, Malaisie et Singapour, ainsi qu’en Thaïlande et aux Philippines. Il a assuré sa « ferme détermination à entreprendre tous les efforts » pour remédier à la situation dans ce pays.

Le Secrétaire général considère également la situation au Darfour comme la première priorité de son mandat. Il a exprimé son espoir sur quelques développements récents concernant le déploiement de la force hybride et les progrès des négociations politiques en vue de la conférence du 27 octobre.

La Présidente de la FIDH a dénoncé le scandale des deux Soudanais inculpés par la Cour pénale internationale (CPI) qui ont été, l’un relâché, l’autre promu, en soulignant que l’enquête de la CPI, commanditée par le Conseil de Sécurité, se trouve ainsi bafouée. En réponse à cette préoccupation, le Secrétaire général a souligné que « la justice est une condition de la paix » et « la paix et la justice sont indivisibles ». Il s’est engagé à poursuivre son travail auprès du gouvernement soudanais afin qu’il coopère avec la CPI.

Le Secrétaire général a également réaffirmé sa volonté de rendre opérationnel le principe de la responsabilité de protéger, reconnu par l’Assemblée générale il y a un an.

A la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort, le Secrétaire général a réitéré son engagement dans la lutte pour l’abolition et a exprimé son soutien à l’adoption, par l’Assemblée générale, d’une résolution pour un moratoire universel.

Enfin, M. Ban Ki-Moon a déclaré qu’il « partageait les préoccupations » de la FIDH sur la situation des droits de l’Homme en Iran, et l’encourageait dans sa mobilisation des Etats membres de la Communauté internationale pour condamner la dégradation de cette situation.

Le Secrétaire Général a également remercié la FIDH pour son investissement dans les travaux des Nations unies, et souligné le caractère « noble » et « fondamental » de son engagement, déclarant que la perspective importante du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) en 2008 serait une occasion importante de soutenir le combat qu’elle mène.

Lire la suite
communique