RDC : Le Parlement européen condamne les violences et demande des enquêtes sur les crimes commis dans les Kasaï

18/01/2018
Impact
en es fr

Le 18 janvier 2018, le Parlement européen a adopté une résolution condamnant fermement l’ensemble des violations des droits humains commises en République démocratique du Congo (RDC) et demandant en particulier que des enquêtes soient menées sur les crimes graves commis dans les provinces des Kasaï, au centre du pays.

Dans cette résolution, le Parlement européen a exprimé ses préoccupations quant à l’intensification de la crise et des violences en RDC, en partie liée au nouveau report des élections présidentielle, législatives et provinciales. Il a particulièrement fait part de sa vive inquiétude au sujet des « éléments de preuve fournis par des organisations des droits de l’homme, en particulier le rapport d’enquête de décembre 2017 de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) sur les massacres au Kasaï, selon lequel une « stratégie planifiée de terreur et de destruction, qui a conduit à des crimes contre l’humanité » est déployée dans la province du Kasaï par les forces de sécurité congolaises et des milices soutenues par le gouvernement ». Le parlement a demandé à la Cour pénale internationale (CPI) et aux Nations unies d’enquêter sur les allégations de crimes rapportées par la FIDH et ses organisations membres en RDC, la Ligue des Électeurs, le Groupe Lotus et l’Association africaine de défense des droits de l’Homme.

Fin 2017, la FIDH a en effet publié un rapport d’enquête sur des crimes contre l’humanité commis dans les provinces des Kasaï et demandé que des enquêtes indépendantes et impartiales soient menées, notamment par la CPI, afin que les responsables soient poursuivis et traduits en justice et que les victimes reçoivent justice et réparations. La résolution du Parlement européen fait écho aux recommandations que la FIDH et ses organisations membres en RDC ont adressées dans ce rapport et dans leur plaidoyer, mené notamment auprès des parlementaires européens au début de l’année 2018. Nos organisations demeurent engagées en faveur du respect des droits humains, de l’alternance démocratique et de la lutte contre l’impunité en RDC, alors que les élections générales, déjà repoussées à deux reprises, devraient être organisées fin 2018.

Lire la suite
impact