RDC : L’ONU reconnaît que la détention de Christopher Ngoyi Mutamba est arbitraire

Le 4 septembre 2015, l’ONU a rendu un avis confirmant le caractère arbitraire de la détention de Christopher Ngoyi Mutamba, dont la FIDH avait dénoncé le cas auprès du Groupe de travail sur la détention arbitraire.

Christopher Ngoyi Mutamba est le président de l’ONG « Synergie Congo Culture et Développement » et le coordonnateur de la plateforme « Société civile de la République Démocratique du Congo ». Il a pris part à plusieurs manifestations pacifiques pour dénoncer la réforme électorale, et documenté les violations des droits de l’homme perpétrées au cours de ces manifestations. Le 21 janvier 2015, Christopher Ngoyi Mutamba a été enlevé par des hommes armés appartenant à la garde républicaine et emmené dans un lieu inconnu. Il a été gardé en détention au secret pendant une vingtaine de jours par l’Agence nationale de renseignement (ANR). Le 5 février 2015, le gouvernement l’a inculpé d’une série de chefs d’accusation, dont incendie volontaire, actes de pillage et incitation à la haine raciale.

Le Groupe de travail sur la détention arbitraire considère qu’aucune base légale ne justifie la détention de Christopher Ngoyi Mutamba : celle-ci résulte de ses activités de défense des droits de l’homme et viole les normes internationales relatives au droit à un procès équitable. Par conséquent, le Groupe de travail a qualifié la détention de Christopher Ngoyi Mutamba d’arbitraire et exigé sa libération immédiate par le gouvernement de la RDC, assortie du versement de dommages-intérêts pour le grave préjudice moral et matériel qu’il a subi.

L’historique du dossier est disponible ici

Lire la suite
impact