Kenya : un gouvernement de comté adopte une politique de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre

11/06/2020
Impact
en es fr

Fin 2019, le gouvernement du comté de Miguri, situé à l’extrême ouest du Kenya, ont adopté une politique de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG). Cette politique encadre la mise en œuvre de mesures concrètes dans la prévention et la réponse aux VSBG, visant à éliminer les VSBG dans le comté. Elle devrait par exemple permettre d’appliquer un cadre législatif spécifique de lutte contre ces violences, d’améliorer l’accès des victimes aux services de prise en charge, ou encore de favoriser la mise en place d’un mécanisme permettant de coordonner la réponse des autorités en la matière.

Cette avancée est directement liée au travail d’enquête réalisé à Migori par la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et son organisation membre au Kenya, Kenyan Human Rights Commission (KHRC), sur les crimes sexuels commis pendant et après les élections de 2017. Les enquêtes réalisées par nos organisations auprès de survivantes de VSBG durant la période électorale, ont en effet permis de mettre en avant la prévalence de ces crimes visant particulièrement les femmes et les lacunes en matière de prévention et de lutte contre ces violences.

Sur la base de nos recherches, un plaidoyer a été réalisé depuis 2018 afin de sensibiliser les autorités sur les VSBG et leurs graves conséquences sur les survivantes. Les échanges menés ont aussi eu pour but d’engager les autorités à prendre des mesures pour prévenir et lutter contre la récurrence de ce phénomène et pour fournir protection et soutien aux victimes. Le travail réalisé a contribué au développement de cette politique. Dans le courant de 2019, KHRC s’est réunie avec les membres de l’Assemblée du comté de Migori pour échanger sur la situation des survivantes et sur le projet de politique de lutte contre les VSBG, qui a, par la suite, été présenté à l’Assemblée et adoptée.

Par la suite, KRHC a continué à soutenir les familles de victimes des violences électorales à surmonter cette épreuve et à retrouver leurs familles. Rétrospectivement, KHRC fait état de réunions réussies de trois couples, qui s’étaient séparés à la suite des violences basées sur le genre. Après avoir bénéficié de conseils, de mises en relation avec des institutions de santé et de dialogues avec les couples et leurs familles, trois couples sont de nouveau réunis en tant que famille, guérissant ensemble de leurs blessures.

Lire la suite
impact