Cambodge : le Parlement européen condamne la détérioration de la situation dans le pays et souligne la situation de Kem Sokha

14/09/2017
Impact
en fr

La résolution du 14 septembre 2017 condamnant les violences à l’encontre des opposants politiques et des militants des droits humains au Cambodge – et notamment les accusations politiquement motivées, les détentions, interrogatoires et condamnations et peines arbitraires – s’inscrit dans la droite ligne des réunions de plaidoyer organisées en septembre entre la FIDH et son organisation membre, Cambodian Human Rights and Development Association (ADHOC) et plusieurs représentants de haut niveau et acteurs clés de l’UE. Ces réunions ont été l’occasion de présenter la campagne « FreeThe5K » pour le compte des 5 défenseurs des droits humains de l’ADHOC qui ont passé 427 jours en détention préventive prononcée sur des accusations arbitraires et qui sont toujours dans l’attente d’un procès.
La résolution condamne fermement l’arrestation pour des motifs politiques de Kem Sokha, Président du CNPR, lance un appel en faveur de sa libération immédiate et sans condition et demande l’abandon des poursuites. L’information est présentée en détail dans le communiqué de presse de la FIDH qui en appelle à la fin de la répression des opposants politiques, des médias indépendants et de la société civile dans un climat de répression qui entraîne le pays vers le totalitarisme. La résolution rappelle également au gouvernement cambodgien ses obligations et devoirs en matière de principes démocratiques et de droits humains fondamentaux qui sont une composante essentielle de l’Accord de coopération établi entre l’UE et le Cambodge. 

Lire la suite