Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

15/05/2015
Communiqué
es fr

Dans toutes les régions du monde, des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) sont victimes de graves violations des droits humains : stigmatisation et violences, voire meurtres, discriminations, pénalisation de l’homosexualité. Les défenseur-e-s des droits des personnes LGBTI sont particulièrement exposé-e-s.

À la veille de la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (le 17 mai), la FIDH appelle tous les États à dépénaliser l’homosexualité et à éradiquer toute forme de discrimination dont les personnes LGBTI sont victimes.

GIF - 40.6 ko

Notre organisation rappelle que le droit international garantit à toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre, le droit de jouir des protections visées par les instruments internationaux : l’égalité, le droit à la vie, à la sécurité, à la protection de la vie privée, la non-discrimination, les libertés d’expression, d’association et de réunion, etc.

« Il est inacceptable que des personnes soient encore aujourd’hui violentées, marginalisées et parfois même assassinées en raison de leur orientation sexuelle. » a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH. « Les personnes LGBTI ont les mêmes droits que tous, ils doivent être respectés ! »

La FIDH, dont nombre des membres font face à des contextes politiques, religieux et sociétaux opposés aux droits des LGBTI, mène, depuis de nombreuses années, des activités de plaidoyer pour le respect des droits des personnes LGBTI auprès des autorités nationales et des instances intergouvernementales. Ces actions ont notamment permis d’empêcher l’adoption de certaines lois discriminatoires et contribué à l’adoption d’une importante résolution de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples sur la protection des droits des LGBTI et de leurs défenseurs.

La FIDH apporte également une aide aux défenseurs des personnes LGBTI, menacées ou harcelées du fait de leur engagement : sécurisation des domiciles, bureaux et communications ; soutien à une relocalisation temporaire ; aide juridique, etc.

La FIDH, avec ses organisations membres, mène aussi des actions contentieuses stratégiques. Elle est intervenue dans 14 affaires devant la Cour européenne des droits de l’Homme pour soutenir les droits à l’égalité et à la non-discrimination de personnes LGBTI. Ces actions ont mené à d’importantes décisions contribuant au respect des droits des personnes LGBTI.

73 États pénalisent les LGBTI par des peines de prison ou des travaux forcés. Dans 7 pays l’homosexualité est passible de la peine de mort. Récemment, des pays comme l’Ouganda, la Russie et le Nigeria ont durci leur législation pour pénaliser plus lourdement les personnes LGBTI et/ou ceux qui défendent leurs droits (individus et ONG).
Lire le rapport de la FIDH Cameroun : Les défenseurs des droits des personnes LGBTI confrontés à l’homophobie et la violence

Notre note sur certaines affaires emblématiques de la Cour Européenne des droits de l’Homme

La résolution de la CADHP sur "la protection contre la violence et d’autres violations des droits humains de personnes sur la base de leur identité ou orientation sexuelle réelle ou supposée."

Europe de l’Est et Asie Centrale : la défense des droits LGBTI en danger

Lire la suite