Español français

4 mars 2011

Le Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères Chinois déclare aux journalistes : « Ne vous protégez pas derrière la Loi »

4 mars 2011

Le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères Chinois Jiang Yu a déclaré le 3 Mars 2011, en réponse à une question posée sur la violation de la loi par les journalistes étrangers qui avaient été tabassés par la police : « Ne vous abritez pas derrière la Loi ». Jiang a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse habituelle au cours de laquelle les journalistes étrangers ont essayé d’obtenir des éclaircissements sur la loi et sur la réglementation en Chine.

Puis, Jiang déclara : « Le vrai problème, est qu’il existe des gens qui veulent répandre le chaos dans le monde et veulent semer le trouble en Chine. Pour ces derniers, aucune loi ne peut les protéger ».

Le terme de « bouclier », qui a soulevé une vive inquiétude sur la position officielle concernant l’autorité de la loi en Chine, a provoqué de vives réactions de la part des citoyens Chinois.

Sur sa vidéo, Hu Ping, Rédacteur en charge de cette question au sein de Human Rights en Chine, déclare : « Cette déclaration est scandaleuse. Nous savons que Marx lui-même avait déclaré qu’en ce qui concerne la loi, nous formons un tout, on ne peut dissocier nos actes de nos intentions. La loi sanctionne uniquement nos actes. Or, la loi qui sanctionne nos intentions, sans tenir compte de nos actes, est une insulte pour l’homme et constitue un piège dangereux. ….. Il en ressort que la déclaration de Jiang Yu marque une régression par rapport à l’ancien « délit d’intention sans actes délictueux » . En réalité, le contenu de cette déclaration représente un désaveu de toutes les lois actuellement en vigueur en Chine » Vous pouvez lire dans son intégralité le commentaire de Hu Ping sur Youtube Channel de Human Rights en Chine.

Voilà la traduction de la déclaration de Human Rights en Chine faite par Jiang Yu avec la question qui la précède

Extrait de la Conférence de Presse du Ministère des Affaires Etrangères, le 3 Mars 2011

(Traduction en Anglais réalisée par Human Rights en Chine)

Question : Pouvez-nous dire de manière explicite selon les clauses particulières de la loi Chinoise, comment nous avons violé cette dernière ?

Réponse : Vous violez la loi si vous ne demandez pas l’autorisation de vous déplacer pour interviewer les personnes. Ne vous abritez pas derrière la loi. Le vrai problème est qu’il y a des gens qui veulent semer le trouble en Chine. Ces derniers ne sont à l’abri d’aucune loi. J’espère que chacun d’entre vous en tiendra compte. Si vous êtes des journalistes sérieux, alors vous devez vous conformer aux normes professionnelles en vigueur. Lorsque vous êtes en Chine vous devez respecter les lois et règlementation Chinois. En conséquence, les journalistes qui s’attendaient à voir quelque chose de nouveau se passer n’ont pas obtenu les informations désirées. Si, pendant ces deux jours, il s’est trouvé des citoyens pour vous inciter à vous rendre à une réunion interdite quelque part, vous devez le dire à la police pour d’une part, défendre la loi et l’ordre à Beijing, et c’est, d’autre part, dans l’intérêt de votre propre sécurité et pour la garantie de vos droits.
Mise à jour le 30 mars 2011
    facebook Follow @fidh_fr

Dans la même rubrique

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Mots-Clés

Copyright © 2014 - FIDH : mouvement mondial des droits de l’Homme | Haut de page | Page d'accueil | Plan du site | altospam