Español français

23 février 2011

Avocats et activistes en détention, assignés à résidence et harcelés lors de la répression des « Rallies du Jasmin »

Le 23 Février 2011

Le 20 Février dernier, s’inspirant de la « Révolution du Jasmin » en Tunisie et en Égypte, des citoyens anonymes en Chine centrale ont bravé la censure officielle concernant Internet et ont appelé à faire la « Révolution du Jasmin » dans treize villes différentes. En amont, les autorités chinoises ont organisé un certain nombre de réunions importantes pour mettre au point et déployer une stratégie d’opposition à toute influence venant du Moyen Orient. Le 19 Février, à l’École du Parti Central à Beijing, le Président chinois Hu Jintao a prononcé un discours devant des cadres dirigeants gouvernementaux et provinciaux, en leur demandant de faire tout leur possible pour se débarrasser des éléments « perturbateurs », censurer étroitement Internet et toutes les activités relevant du domaine virtuel, et a demandé aux militaires d’obéir inconditionnellement aux ordres du Parti.

Depuis plusieurs jours, les autorités ont organisé une répression sévère à l’égard des militants des droits de l’homme dans tout le pays, leur faisant subir des interrogatoires, les arrêtant à leur domicile, les emprisonnant, avec une violence extrême par rapport à ces dernières années.

HRIC a établi la liste suivante des personnes poursuivies, à partir d’informations provenant de sources sûres. Nous pensons que cette liste est loin d’être exhaustive.

Beijing

Le 16 Février :

Tang Jitian, avocat. Arrêté par la police à son domicile. Sans nouvelles depuis l’arrestation.

Le 16 Février :

Teng Biao, personnalité connue, avocat des droits de l’homme. Convoqué par la police de Beijing. Domicile perquisitionné le même jour. La police a saisi deux ordinateurs, un fax, du matériel d’impression, 10 à 12 livres politiques, 20-30 documents, et des douzaines de photos de Chen Guangcheng. La police a déclaré à la famille de Teng qu’il était retenu par les Services de la Sécurité Publique Municipale de Beijing. La famille n’a pas été informée officiellement de sa mise en détention (source HRIC)

Le 19 Février :

Jiang Tianyong, avocat. Arrêté par la police à 4 h du matin en face du domicile de son frère dans le District de Changping, où Jiang et sa femme séjournaient. La police a plaqué la mère de Jiang (âgée d’environ 60 ans) contre un arbre alors qu’elle essayait d’intervenir. Le 20 février, au début de la matinée, six policiers en civil et sans uniforme, ont pénétré au domicile du frère de Jiang et ont essayé de se saisir de la femme de Jiang. Ils ont confisqué l’ordinateur et la carte d’accès à Internet (source HRIC)

Le 19 Février :

Gu Chuan, militant des droits de l’homme. « Arrestation de Gu Chuan par la police le 19 Février, personne ne sait où il se trouve » (Source : information donnée par Wang Jinbo sur twitter datant du 20 février)

Le 19 Février :

Qi Zhiyong. Militant à Tiananmen. Arrêté par la police alors qu’il chantait « Comme la fleur de Jasmin est magnifique » (source HRIC)

Shanghai

Le 19 Février :

Feng Zhenghu, militant des droits de l’homme. « Hier à 16 h 20, mon domicile a été perquisitionné, j’ai été convoqué par la police qui a pris mon ordinateur et mon imprimante. J’ai été relâché à 22 h. La police de sécurité d’Etat pensait que je mettais en ligne des informations et des photos sur la population et la police de Wangfujing » (Source : information de Feng sur twitter datant du 20 Février)

Province de Hubei

Quianjiang

Le 12 Février :

Yao Lifa, chargé de l’organisation des élections. A été emmené de force par le directeur de l’école et plusieurs professeurs, sa ligne téléphonique fixe et le téléphone portable de sa femme ont été coupés peu de temps après. Yao a été provisoirement relâché le 19 Février. On n’a plus aucune nouvelles de lui le 20 Février, et on pense qu’il a été à nouveau enlevé (Source : Qin Yongmin)

Wuhan

Le 12 Février :

Hu Guohong et Chen Xue, mari et femme, pétitionnaires, n’ont pas été autorisés à quitter leur domicile pour travailler ou faire des courses, par les agents de la sécurité d’Etat qui montaient la garde à l’extérieur de leur domicile. Le 18 Février, Wang Qiaomei, Directeur du Bureau des Letters et Calls (?) dans le District de Jiang’an, le district dont le couple est originaire, leur a rendu visite et a interdit à Hu et Chen Xue de pétitionner lors des sessions du Congrès du Parti et du CPPCC - les sessions des « Deux Congrès » au niveau municipal, celui de la province, et au niveau de l’Etat. A la suite du refus de Hu et Cheng, Wang déclara qu’elle ne pouvait rien faire concernant les agents de sécurité qui stationnaient à l’exterieur de leur domicile. Hu et Chen n’ont pas été autorisés à sortir de leur domicile et ont été informés de leur assignation à résidence jusqu’à ce que les deux sessions du Congrès soient terminées (Source : Qin Yongmin)

Le 19 Février :

Dr Yang, professeur de mathématiques à l’Université de Wuhan. Harcelé par les responsables de la sécurité d’Etat qui ont menacé de l’emprisonner et de confisquer sa bicyclette électrique. Est ressorti libre après avoir donné aux policiers des informations provenant de sa carte d’identité (Source : Qin Yongmin)

Le 20 Février :

Qin Yongmin, militant des droits de l’homme et pour la démocratie. En plus d’une douzaine de responsables de la sécurité en faction permanente près de son domicile, un agent chargé de l’enregistrement des familles dans le voisinage montait la garde toute la journée à l’extérieur de son domicile (Source : Qin Yongmin)

Le 20 Février :

Jiang Hansheng. membre du Parti Démocrate Chinois. A été conduit en voiture au Bureau de la sécurité d’Etat dans le Comté de Huangpi et ramené chez lui tard dans la nuit (Source : Qin Yongmin)

Le 20 Février :

Chen Zhonghe membre du Parti Démocrate Chinois, Xiao Schichang et Zhang Junjie, militants des droits de l’homme. Sans nouvelles, perdu leur trace depuis le 22 Février (Source : Qin Yongmin)

Le 21 Février :

Ren Qiuguang, dissident. Assignation à domicile par les responsables de la sécurité d’Etat le 20 Février avec à nouveau obligation de rester au domicile imposée par le secrétaire du Parti du district dont il dépend, le 21 Février. Ren a à plusieurs reprises été enfermé dans des institutions psychiatriques, a été soumis à des chocs électriques, a été battu, torturé ce qui a causé la chute de ses dents et la paralysie de la jambe gauche (Source : Qin Yongmin)

Yichang

Le 20 Février :

Shi Yulin, avocat pour la défense des droits de l’homme. A été informé par les responsables de la sécurité d’Etat qu’il n’était pas autorisé à quitter son domicile. Le 21 Février, les responsables de la sécurité l’ont invité à dîner mais il a refusé (Source : Qin Yongmin)

Yingcheng

Le 20 Février :

Du Daobin, militant et écrivain. Les responsables de la sécurité d’Etat ne l’ont pas autorisé à quitter son domicile et lui ont dit qu’ils reviendraient l’interroger le jour suivant (Source : Qin Yongmin)

Suizhou

Le 20 Février :

Liu Feiyue, militant des droits de l’homme. A reçu un appel téléphonique des responsables de la sécurité d’Etat qui voulaient l’interroger. Son site web « Observatoire des Conditions de Vie et des Droits Civils » a été piraté le 21 Février (Source : Qin Yongmin)

Province du Sitchouen

Chengdu

Le 19 Février :

Chen Yunfei, dissident. Est resté en garde à vue jusqu’à 11 h du soir. Chen a refusé de s’alimenter et de boire pendant 24 h et a été relâché à 11 h du soir le 20 Février (Source : Qin Yongmin)

Le 19 Février :

Ran Yunfei, écrivain. En détention. Son ordinateur a été confisqué (Source : Qin Yongmin)

Suining

Février :

Chen Wei, militant pour la défense des droits de l’homme. Domicile fouillé par 12 agents, policiers et personnel du comité de voisinage, qui ont confisqué deux ordinateurs, une clef USB, et un disque dur (vérifier). Le 22 Février, il a été emprisonné pour crimes, sur présomption d’incitation « à la subversion à l’égard des autorités de l’Etat (source HRIC)

Province de Guizhou

Guiyang

Le 18 Février :

Huang Yanming, militant pour la défense des droits de l’homme. Emmené par la police hors de chez lui. Sans nouvelles depuis le 22 Février (Sources HRIC).

Province de Guangdong

Guangzhou

Le 20 Février :

Liu Shihui, avocat pour la défense des droits de l’homme. Plusieurs personnes non identifiées lui ont mis une cagoule, l’ont battu, et lui ont cassé la jambe. Des amis l’ont emmené à l’hôpital se faire soigner. Son ordinateur a été volé à son domicile. Le 22 Février, la police a essayé de persuader son propriétaire de le mettre dehors (source : HRIC)

Le 22 Février :

Tang Jinfling, avocat pour la défense des droits de l’homme, et Ye Du, écrivain ont été enlevés par la police (source : HRIC)

Province de Jiangsu

Wuxi

Le 21 Février :

Hua Chunhui, militant pour la défense des droits de l’homme. Emmené par la police. Mis en détention le 22 Février au centre de la sécurité publique de Duqiao dans le District de Nanchang sur présomption « d’incitation à la subversion » (source : HRIC)

Province de Shanxi

Taiyuan

Le 20 Février :

Deng Taiqing, militant pour la démocratie. A été arrêté par les responsables de la sécurité publique et emmené au centre de police de Yingze (Source : Qin Yongmin)

Province de Gansu

Tianshui

Le 21 Février :

Yue Tianxiang, militant ouvrier et membre du Parti Démocrate Chinois. Détenu pendant une journée. Son domicile a été fouillé par les responsables de la sécurité locale avec ordinateur confisqué. Ces derniers lui ont dit, que s’il donnait des informations à la presse, il serait tenu comme « juridiquement responsable ». Yue a été emprisonné pendant de nombreuses années pour avoir fondé un parti politique (Source : Qin Yongmin).

Pour lire la version originale, cliquer ici

Traduction par Rosine Vignal
Mise é jour le 21 mars 2011

Dans la même rubrique

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Mots-Clés

Copyright © 2014 - FIDH : mouvement mondial des droits de l’Homme | Haut de page | Page d'accueil | Plan du site | altospam