English français

31 janvier 2013

Opération de reconquête du Nord Mali occupé par les groupes islamistes : l’armée malienne sommée de respecter le droit international humanitaire

Alors que la reconquête du Nord par les forces maliennes et françaises était lancée, une mission de la FIDH présente à Bamako a pu établir l’existence d’exactions - exécutions sommaires et enlèvement, perpétrées par des éléments de l’armée malienne dans les villes de Sévaré, Niono, Diabali, Gnimi Gnama et Mopti contre des présumés djihadistes. Le 23 janvier, la FIDH a alerté la communauté internationale de cette situation appelant les acteurs concernés à réagir pour éviter de plus amples actes de représailles et de graves tensions inter-communautaires.

Répondant à ces informations, le ministre français de la Défense a appelé l’encadrement de l’armée malienne à être « extrêmement vigilant » envers les risques d’exactions. « L’armée doit être irréprochable et il ne saurait être question pour nous de cautionner des actes que nous reprochons aux terroristes », a par ailleurs déclaré le gouvernement malien dans un communiqué. La Procureur de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête sur la situation au Mali, a invité les autorités maliennes « à mettre immédiatement fin aux actes allégués et, en vertu du principe de la complémentarité, à diligenter des enquêtes et poursuites à l’encontre des personnes responsables ».
Mise é jour le 14 mai 2013
  •  

Mots-Clés

Copyright © 2014 - FIDH : mouvement mondial des droits de l’Homme | Haut de page | Page d'accueil | Plan du site | altospam